Le Front de gauche IDF refuse les hausses tarifaires et se mobilise pour de nouveaux financements

Quintesens-bus-mobilien-STIF-13_77975dd643_0

Le Conseil du STIF se réunira jeudi 13 décembre pour décider des tarifs des transports en commun franciliens applicables à partir du 1er janvier 2013.

Le projet prévoit une hausse moyenne des tarifs de +2,9%. Les usagers des zones 1-2, dont les forfaits mensuels augmenteraient de 3,5%, et les jeunes, dont le forfait Imagin’R augmenterait de 3%, serraient particulièrement pénalisés.

Nous ne pouvons accepter de telles hausses, bien supérieures au niveau de l’inflation.

Le STIF connaît des difficultés réelles pour faire face aux importants besoins de financement des transports en Île-de-France, pour la création d’offres nouvelles — le budget 2013 prévoit un renforcement des réseaux de bus dont nous nous félicitons — ou par la mise en œuvre de nouvelles mesures de justice tarifaire comme le complément de parcours.

Les usagers et les collectivités ne peuvent pour autant pas être les seules variables d’ajustement budgétaire, et ce particulièrement dans les conditions économiques et sociales actuelles.

Il faut au contraire se mobiliser pour obtenir de nouveaux financements, comme le portent Laurence Cohen, conseillère régionale Front de gauche PCF-GU-AC, et Christian Favier, président du Conseil général du Val-de-Marne, administrateur-rice-s du STIF. Il faut notamment mettre à contribution les acteurs économiques, qui sont les premiers bénéficiaires de l’amélioration des transports, et dont la part dans le financement des transports en commun n’a cessé de baisser.

Cela passe par le vote par le Parlement de l’harmonisation à la hausse du Versement Transport (VT), alors qu’un premier pas, encore insuffisant, vient d’être fait en augmentant son taux de 0,1.

L’harmonisation du VT est une urgence : cette mesure à elle seule apporterait les 800 millions d’euros nécessaires à la mise en œuvre du pass Navigo unique au tarif actuel de la zone 1-2 et au développement de nouvelles offres.

Au-delà, de nouveaux financements doivent être dégagés pour le Plan de mobilisation pour les transports et le Grand Paris Express, comme la modernisation de la taxe locale sur les bureaux (ex-FARIF), la refonte de la redevance pour la création de bureaux et la création d’une éco-taxe poids lourds.

Ces mesures sont indispensables pour l’avenir des transports franciliens et pour les Franciliennes et les Franciliens. Développer et améliorer les transports en commun est un défi environnemental que nous devons relever ensemble.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s