Si le bâtiment ne va pas…

« La baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales pourrait entraîner les travaux Publics dans un scénario noir dans les 3 prochaines années »

Bruno Cavagné, le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), a annoncé le 13 mai lors d’un point presse, que « la baisse des dotations de l’État aux collectivités locales pourrait entraîner les Travaux Publics dans un scénario noir dans les trois prochaines années ». Je vous invite à prendre connaissance des principaux éléments développés par le président de la FNTP. L’intégralité de sa conférence de presse est en pièce jointe.

Il explique qu’après les annonces du Premier Ministre, il est désormais certain que les collectivités locales seront fortement sollicitées pour participer à l’effort de redressement des finances publiques.
La baisse des dotations sera amplifiée et se poursuivra jusqu’en 2017, où elles seront inférieures de 10,5 Md€ à leur niveau de 2013. Elles devraient en effet baisser d’environ 3 Md€ chaque année entre 2015 et 2017.
La Banque Postale a construit trois scénarios pour tenter de prévoir l’évolution de l’investissement local sur la période 2015-2017 :
Le scénario « de base » conduirait à une baisse de 21% des dépenses d’investissement en 2017 par rapport à 2014. Un scénario moins pessimiste, dans lequel les dépenses de fonctionnement sont mieux maitrisées, aboutit à des dépenses d’investissement en baisse de -8%.
Enfin un dernier scénario « noir » faisant évoluer les recettes courantes de +2% an au lieu de +3% a été simulé. Dans celui-ci, les dépenses d’investissement des collectivités locales plongent de -34%.
En partant de l’hypothèse que l’ampleur de la baisse des investissements liés aux Travaux Publics sera équivalente à celle de l’investissement global, il en résulterait un plongeon potentiel du chiffre d’affaires des TP liés aux collectivités et de fortes destructions d’emplois.

construction-business-software-2

Le scénario de base appliqué à l’évolution du chiffre d’affaire TP entraînerait un recul de celui-ci de 3,8 Md€ et provoquerait la destruction de 37 000 emplois. Les emplois perdus seraient de 58 600 en cas de scénario noir. Ces pertes d’emploi impacteront en outre durablement la compétitivité de notre secteur en se traduisant par une perte de compétences dans certains domaines qui faisaient jusqu’à présent la force de nos entreprises sur le marché national et à l’export. Nos entreprises sont bien conscientes des contraintes qui pèsent sur les budgets publics. Cependant, c’est aussi notre rôle de rappeler l’effet multiplicateur de l’investissement en infrastructures et d’alerter sur les conséquences que peut entraîner une dégradation des réseaux. Nous ne voulons pas que l’investissement devienne, une fois encore, la variable d’ajustement des budgets. A chaque fois, cela se fait au détriment de la compétitivité et de l’emploi dans nos territoires. Cependant, si les collectivités font le choix de réduire les investissements, nos entreprises devront s’y adapter mais cela n’ira pas sans conséquences sociales. Par ailleurs, collectivement, la réduction des dépenses en infrastructures est un mauvais calcul : reporter ou annuler l’investissement en faveur de notre patrimoine en routes, ponts, réseaux d’eau et d’électricité fera porter un poids encore plus lourd sur la dépense publique… à venir ! »

Texte de la conférence de presse : 1405conference_de_presse_du_13_mai_2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s