TOUBON défenseur des droits, c’est mauvais !

Mercredi 9 juillet à midi, La majorité présidentielle a encore fait pas un pas en avant dans sa dérive à droite. La commission des lois du parlement a en effet entériné (* )la proposition de François Hollande en rendant un avis positif sur la nomination de Jacques Toubon aux fonctions de Défenseur des droits.

Si vous vous demandiez quel type de CV il convenait de présenter pour intégrer le cabinet de François Hollande, ou être nommé à la tête d’une grande institution de la République, vous avez maintenant la réponse ? Celle-ci a le mérite d’être claire : ne surtout pas être de gauche mais bien au contraire être férocement engagé à droite, voir même plus. Jacques Toubon a donc le profil rêvé. Le successeur 
de Dominique Baudis a en effet quelques faits d’armes marquants mais qui ne semblent pas gêner le locataire de l’Élysée : contre  l’abolition de la peine de mort, contre la dépénalisation de l’homosexualité en 1981, contre le Pacs, ingérence personnelle dans l’enquête Tibéri alors qu’il était garde des Sceaux. Jacques Toubon, ancien ministre RPR, s’est aussi illustré à maintes reprises par son mépris pour l’indépendance de la Justice. Mais le voilà devenu un ardent défenseur de l’égalité. Hollande lui offre une nouvelle virginité. Sénilité ou fourberie ? Peut-être les deux ! Car en guise de profession de foi, l’ancien secrétaire général du RPR y est allé fort ! Après avoir annoncé vouloir proclamer «la guerre à l’injustice», et faire de ses priorités la question du contrôle au faciès, il a  déclaré s’inquiéter du «recul de l’effectivité du droit à l’avortement» et a même  affirmé être favorable au droit de vote des étrangers aux scrutins locaux. De quoi laisser les députés UMP pantois.
Mais plus rien ne peut surprendre venant de l’Élysée et de Matignon. Nous sommes dans a déception à perpétuité! Car nous n’avons malheureusement pas été étonnés non plus de voir le Président épaulé dans sa prétendue lutte contre la finance, son ennemie proclamée le temps d’une campagne, par l’ultralibérale Laurence Boone, ancienne économiste chez Barclays Capital, devenue conseillère économique à l’Élysée, et adepte de « l’adaptation des salaires et des heures de travail à la conjoncture ». Alors bientôt Eric Zemmour aux droits des Femmes et Buisson à l’intégration…pourquoi pas ? Reste que cette proposition du président avait été jugée incompréhensible par une grande part de la majorité, certains députés ayant appelé à rejeter cette candidature, évoquant même une « détérioration de la fonction ». Une pétition «Non, pas Toubon !» a recueilli près de 100 000 signatures.
* En commission parlementaires 48 députés et sénateurs ont voté en faveur de J.Toubon, 33 contre et  12 blancs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s