Face à la finance : au peuple grec de décider !

Depuis l’annonce par Athènes de la tenue d’un référendum sur un accord avec l’ex-troïka, Bruxelles et les places financières tentent de semer la panique afin de peser sur le vote grec. C’est un véritable diktat que proposent MERKEL, HOLLANDE et LAGARDE. Pour eux, une seule solution : la soumission aux exigences des banques et du FMI ! Une logique capitaliste sur laquelle s’alignent les médias, certains en utilisant même la peur et le mensonge.

Il y a péril en la demeure ! De Bruxelles à Hongkong, des créanciers aux grandes places financières, les libéraux semblent s’être passé le mot. Après une semaine intense qui s’est soldée par  l’annonce d’un référendum par le premier ministre Alexis Tsipras, les partisans de l’austérité jouent leur va-tout. Face à l’arme démocratique, les bureaucrates de Bruxelles et du FMI tentent de semer la panique chez les Grecs et les Européens quant aux conséquences d’une éventuelle sortie d’Athènes de la zone euro. « La dette du peuple grec coûtera 600 euros à chaque Français » ose même annoncer un journaliste de France2 télévision, Prouvant ainsi, si c’est encore nécessaire, que quelle que soit la chaîne de télévision que vous choisissez pour votre journal de 20h, on y sert la même soupe faite de démagogie, de mensonges et de manipulations . Face à ces pressions et à ces mensonges Alexis Tsipras appelle les Grecs au « sang-froid » et à la « détermination » dans « les heures cruciales » qui séparent le pays du référendum de dimanche prochain.

grec 5

En référer au peuple, quoi de plus normal ! C’est ce que propose le premier ministre grec en organisant un référendum le 5 juillet prochain.

Les Grecs n’ont pas peur des libéraux !
Et le scénario imaginé et espéré par Bruxelles pourrait se heurter au fort soutien populaire dont jouit toujours le chef du gouvernement, Alexis Tsipras, et au climat généré par cinq années d’austérité. Dimanche soir, le chef du gouvernement grec, Alexis Tsipras, s’employait à rassurer : « Les dépôts des citoyens dans les banques grecques sont absolument garantis. Le versement des retraites et des salaires est de même assuré. Nous devrons faire face à toute éventualité avec sang-froid et détermination. Nous viendrons d’autant plus vite à bout de ces difficultés et en limiterons d’autant mieux les conséquences que nous saurons fait preuve de calme. En ces heures cruciales, où nous sommes tous appelés à nous hisser à la hauteur de notre histoire, nous n’avons peur que de la peur. Et nous ne la laisserons pas nous gagner »

grec 4La parole au peuple grec !

Aux chantages, aux ultimatums et, maintenant, peut-être, à l’étranglement financier, les Grecs n’opposent donc désormais qu’une réponse : la parole au peuple. Dans la nuit de vendredi à samedi, Alexis Tsipras a annoncé l’organisation d’un référendum dimanche 5 juillet. « Je vous appelle à décider si nous devons accepter l’ultimatum des maîtres-chanteurs qui réclament une stricte et humiliante austérité sans fin et sans aucune chance de nous remettre sur pieds tant du point de vue social que financier, lance le premier ministre grec. Nous devons répondre à l’autoritarisme et à l’austérité corrosive par la démocratie, avec calme et détermination. Berceau de la démocratie, la Grèce doit envoyer un message démocratique retentissant aux citoyens de toute l’Europe et du monde. » En référer au peuple, quoi de plus normal ! C’est le principe même de la démocratie que Bruxelles et le FMI veulent aussi remettre en cause !
Je condamne ce chantage et renouvelle mon total soutien au peuple et aux salariés grecs. En Grèce comme en France, revendiquons une véritable démocratie sociale et politique qui donne la parole aux salariés dans les entreprises, aux citoyens dans leur pays et non pas aux banques et aux liquidateurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s