La sécurité des citoyens : faire mieux avec (beaucoup) moins ?

Le 30 juin, j’étais aux côtés des policiers en colère qui manifestaient devant la préfecture du Val d’Oise à l’appel de leur syndicat SGP-Police-FO. Comme eux, je suis très inquiet des conséquences de la réorganisation des circonscriptions de sécurité dans notre département.

Officiellement cette « réorganisation » consiste à transformer les onze circonscriptions actuelles en six circonscriptions d’agglomération. Cette compression des moyens, qui débutera en septembre, conduira aux rattachements du futur ex-commissariat de Bezons à celui d’Argenteuil et de celui de Garges-lès-Gonesse à Sarcelles. La réalité est toute autre ! Le nombre de policiers dans notre commissariat va passer de 44 à 10 ! Le nombre d’heures d’ouverture va être divisé par trois. Et, toujours pour améliorer votre sécurité, il sera fermé après 18h, la nuit, les week-ends et jours fériés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DES POLICIERS DE BEZONS PARTICIPAIENT AU RASSEMBLEMENT DU 30 JUIN DEVANT LA PREFECTURE DU VAL D’OISE

En 3 ans, 300 postes de policiers n’ont pas été remplacés dans le département

Du côté du syndicat SGP Police FO, on n’a pas non plus la même lecture de cette réforme. Pour ce syndicat, elle, « va creuser le fossé entre la police et la population, dégrader les conditions de travail des collègues et allonger automatiquement les délais d’intervention. Et demain, après 18h pour déposer une plainte ou demander une pharmacie de garde, les habitants de Bezons devront se rendre à Argenteuil. Bezons, une ville en pleine expansion, a au contraire besoin d’effectifs supplémentaires. Quand les citoyens seront confrontés à une queue de 3 heures pour un simple dépôt de plainte, ils rebrousserons chemin et ça fera baisser artificiellement les chiffres de la délinquance ». Autre élément et non des moindres, les effectifs de police ont baissé de plus de 300 agents en trois ans dans le département dont de 140 en 2014. Comment dans cette situation vouloir convaincre qu’on fera mieux avec moins ?

1800393533Ne pas tenir ses promesse, c’est  une marotte au sein du gouvernement !

Et je ne peux pas taire la promesse faite par Monsieur Valls, après une visite dans notre ville en novembre 2013, dans les quartiers où sévissent les trafiquants de cannabis. Monsieur Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, avait promis le maintien de notre commissariat.
L’avenir de notre commissariat trouve une amère résonance dans cette nouvelle promesse non tenue ! Décidément ce n’est plus une habitude mais une marotte au sein de ce gouvernement ! Dans le vocabulaire de la direction départementale de la sécurité publique le commissariat de Bezons devient donc un commissariat de secteur. Le commissariat de Bezons ne sera donc pas fermé mais transformé. On joue sur les mots. Mais on joue surtout avec la sécurité des citoyens. Et cela je peux l’accepter. C’est pourquoi je renouvelle ma demande auprès du préfet du Val d’Oise : « Rediscutons ensemble cette réorganisation ». Je ne suis pas seul dans cette revendication, les élus de Franconville, Goussainville, Taverny, St-Leu-La-Forêt et St-Brice ont également fait part de leurs inquiétudes, voire même de leur désaccord !

LE PARISIEN 1 juillet 2015

Cette manifestation a mobilisé de nombreux journalistes de la presse écrite et audiovisuelle.Voir ci-contre les articles des journaus Le Parisien et l’Echi en cliquant ici :  : LE PARISIEN L’ECHO 1er juillet 2015.   + Interview sur VOnews95

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s