En France 31 000 enfants vivent dans la rue !

La France compte actuellement plus de 31 000 enfants sans domicile fixe. Un chiffre monstre dont les pouvoirs publics tardent à prendre la mesure. Les conséquences sanitaires et sociales sont pourtant dramatiques.

Comme vient de le rappeler une étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS), publiée la semaine dernière dans un certain anonymat, la France compte actuellement quelque 31 000 mineurs sans domicile fixe, soit près d’un quart de la population sans logement. Un chiffre monstre qui a plus que doublé en l’espace de dix ans. Et derrière lequel se cachent des gamins ballottés d’hôtels sociaux en hôtels sociaux, quand ils ne sont pas condamnés à la rue ou, pour près de 9 000 d’entre eux, à la vie dans un bidonville.

enfantmisere2

De plus, le système d’hébergement du 115 est débordé. Sur les 70 000 places prévues en Île-de-France, 30 000 sont actuellement réservées aux familles, dans des hôtels sociaux. Mais cela ne suffit pas Cette précarité extrême laisse des traces profondes chez les enfants. Les études sont là, qui alertent sur les conséquences sociales et psychologiques d’un tel mode de vie. L’enquête menée en 2013 par l’Observatoire du Samu social de Paris rapportait des états de santé très préoccupants : 20 % des mineurs présentaient des troubles de santé mentale et plus de 80 % avaient un retard du développement. La majorité des familles souffrait de malnutrition, avec, chez les enfants, de nombreux cas d’anémie (38 %), de surpoids (22 %), voire d’obésité (4 %). « Rien de surprenant, beaucoup sont réduits à faire la manche à la sortie des fast-foods, assure Sylvie Lhost, présidente d’Entraide citoyenne, une association parisienne qui vient en aide aux SDF. Ils mangent les restes de McDo mais presque jamais de légumes ou de fruits frais. »

rroms_paris2

La précarité et la grande pauvreté n’ont pas seulement un impact sur la qualité de vie matérielle des enfants, sur leur santé et leur scolarité. Elles en ont aussi sur leur estime de soi. « Ils sont témoins de la façon dont est considérée leur famille et cela imprime une image négative de leur milieu social, relève Sophie Graillat, présidente de l’association DEI France (Défense des enfants international). Cet environnement fait obstacle à leur développement en les empêchant d’imaginer positivement leur propre avenir. » La solution ? la capacité mais surtout la volonté de l’État à sortir ces gamins et leur famille de la spirale de l’urgence par la construction de logements sociaux abordables et en nombre suffisant. « Il leur faut un logement et surtout une existence stable, reprend Sophie Graillat. Tant que cette condition ne sera pas remplie, elle affectera tous les autres droits de l’enfant, santé, école… ».

120 millions d’enfants à la rue dans le monde.

Selon l’Unicef, le nombre d’enfants à la rue serait 
de 120 millions dans 
le monde. C’est un enfant sur cinq. Difficile de 
les recenser précisément mais ils seraient trente millions en Afrique 
et onze millions en Inde. 
La plupart sont des garçons et sont exploités professionnellement ou sexuellement. Très vulnérables, ils sont les grandes victimes des maladies, d’une mauvaise alimentation, de la circulation et autres dangers de la ville. Conséquence : 50 % de ces enfants décèdent dans les quatre premières années qui suivent leur arrivée dans la rue. En plus d’être, dans beaucoup de pays, pourchassés par la police, étant perçus comme des marginaux. Un cocktail 
qui pousse certains à consommer du cannabis, de l’alcool ou à inhaler 
du gaz de pétrole, 
pour fuir cette réalité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s