Quand l’Israël joue les censeurs

Les dirigeants de l’Israël n’aiment pas l’Art, surtout lorsque celui-ci ne se fait pas l’allié et le support direct de leur idéologie et de leur dogme. Le quotidien français Libération, l’artiste et ami de Bezons Ernest-Pignon-Ernest et l’écrivaine israélienne Dorit Rabinyan viennent d’être les victimes de la censure des autorités israéliennes.

israel-et-la-une-de-libe-revisitee-par-ernest-pignon-ernest,M294536« La censure, quelle qu’elle soit, me paraît une monstruosité, une pire chose que l’homicide. C’est un attentat contre la pensée», écrivait Gustave-Flaubert. Un auteur français que n’a pas dû lire l’ambassadeur d’Israël en France. Ce dernier est intervenu pour qu’une œuvre du plasticien Ernest-Pignon-Ernest, invité de Rev’Art à Bezons en 2014, soit retirée d’une vente aux enchères au profit de l’association Reporters sans Frontières. Ironie du sort, cette association œuvre pour la liberté d’expression à travers le monde. Le crime de cette œuvre : une couverture du quotidien Libération  de 2004 annonçant l’enterrement de Yasser Arafat, symbolisé par un keffieh avec le titre « Et maintenant ? », et sur laquelle l’artiste Ernest Pignon-Ernest a ajouté le visage du leader palestinien  Marwan Barghouti. Ce député Marwan Barghouti, en prison depuis 2002, est devenu l’un des symboles de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne. Il est d’ailleurs déjà surnommé le « Mandela palestinien ».

En 1980, quand j’ai dessiné Mandela, on m’a dit que c’était un terroriste !

« Ce portrait met aux enchères un projet terroriste, là où l’on cherche à faire croire qu’il s’agirait d’un homme de paix », a déclaré l’ambassadeur. « Je suis étonné qu’une ambassade étrangère puisse décider de ce que l’on expose ou pas. Et qu’une maison de ventes cède aux pressions », a déclaré pour sa part Ernest Pignon-Ernest à Libération qui sur la Une de ce même journal à écrit « En 1980, quand j’ai dessiné Mandela, on m’a dit que c’était un terroriste ! ». Le quotidien de gauche israélien Haaretz a également fait le parallèle entre ces deux hommes, infatigables combattants de la liberté, de la justice et de la paix. Reste que la démarche de l’ambassade d’Israël ne m’étonne pas vraiment. Elle exprime le point de vue du gouvernement le plus à droite que ce pays ait jamais eu, engagé dans une colonisation éternelle, et qui estime n’avoir aucun interlocuteur parmi les Palestiniens.

Un roman exclu du programme des lycées

israel-book-afp-m

L’écrivaine Dorit Rabinyan, auteure de Haie

Autre coup de ciseau, cette fois contre un roman. le ministre de l’éducation, Naftali Bennett, chef de file du parti nationaliste et conservateur Le Foyer Juif, a décidé d’exclure du programme des lycées le roman Haie de Dorit Rabinyan pour la simple raison qu’il a pour principal sujet l’histoire d’amour entre une Israélienne et, devinez qui… un Palestinien ! Plus triste encore, le roman a donc été interdit sous prétexte qu’il serait dangereux : il «risquerait d’attiser les tensions, inciter à la haine et provoquer beaucoup d’émotions» – propos tenus par Dalia Fenig, à la tête de la commission ayant interdit le livre – et, pire encore, car «des relations intimes entre juifs et non-juifs pourraient représenter une menace pour une identité séparée». Si, si, vous avez bien lu !

L’auteure du livre prend l’affaire avec légèreté et ironie. «Apparemment, quelqu’un au ministère de l’éducation continue à croire que la littérature a le pouvoir de changer les choses dans les esprits malléables de la jeunesse et, allez savoir pourquoi, cela ressemble à un motif d’optimisme pour moi», a-t-elle commenté. Reste qu’une partie du monde culturelle israélien s’offusque de cette décision. Amos Oz, l’écrivain israélien le plus connu et cofondateur du mouvement La Paix maintenant, mouvement favorable à un partage territorial entre l’Israël et la Palestine ironise et écrit : « Il est même plus urgent de retirer du programme l’étude de la Bible : en matière de relations sexuelles entre juifs et gentils (terme désignant les non-juifs), la Bible est mille fois plus dangereuse que le livre de Rabinyan ».

fail-tmp42014-07-15-0-26-32Le livre suscite l’engouement sur le net et certaines librairies ont dû réapprovisionner leur stock. De nouveaux contrats sont désormais discutés pour le publier en Espagne, au Brésil ou en Hongrie. Les droits ont déjà été vendus en anglais, français et allemand. Enfin, pour marquer sa désapprobation, l’édition de Tel-Aviv du magazine Time Out a publié les photos de plusieurs couples judéo-arabes s’embrassant sur la bouche. Admirable !

 

665275-jewsandarabbis

Deux des photos parues dans le magazine Time Out

Le retour d’un ministre condamné

l-accord-de-coalition-du-shass-comprend-des_205630Enfin pour conclure cet article, permettez-moi une dernière nouvelle. Depuis le 12 janvier, l’Israël a un nouveau ministre de l’intérieur, Arieh Dery, cofondateur du Shass, parti ultra-orthodoxe. Celui-ci retrouve un ministère puisqu’il occupait celui de l’économie de 1988 à 1993. Mais il avait dû en démissionner avant d’être condamné à trois ans de prison pour corruption, fraude et abus de confiance. Une peine assortie de l’interdiction d’exercer un mandat public durant sept ans. Quant aux partisans de la moralisation de la vie publique, ils s’étranglent de rage, voyant dans le retour d’Arieh Dery une sorte de «prime à la délinquance financière et à la corruption publique». Les faits pour lesquels il a été condamné lui interdisent d’exercer une série de professions, dont comptable, employé de banque, directeur d’école ou pompier. Pourquoi, dès lors, Benyamin Nétanyahou en a-t-il fait un ministre ? Et pourquoi lui a-t-il déroulé le tapis rouge vers le ministère de l’Intérieur ? L’avenir le dira sûrement très vite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s