Journée d’action du 9 mars, une sacrée claque à la loi Valls- El Khomri

Des quatre coins de la France, 500 000 salariés, retraités, lycéens, étudiants et chômeurs, ainsi que de très nombreux élus, ont défilé contre la mise à mort du droit du travail par la loi El Khomri. Du jamais-vu depuis la mobilisation contre le CPE, en 2006. Au cœur du défilé parisien, fort de plus de 100 000 manifestants, une très forte colère contre cette casse de l’outil essentiel aux droits des salariés !

000_8L7WB

Au cœur des défilés, une très forte présence de la jeunesse venue exprimer son inquiétude et ses revendications.

Dans un contexte de fortes attentes sociales, où de plus en plus de voix s’élèvent et se manifestent au sein de toutes les couches de la société pour demander moins de précarité, plus d’emplois, plus de moyens pour vivre convenablement autour de plus de solidarité. Cette journée d’action du 9 mars est une première réponse du monde du travail et de la jeunesse face à l’intransigeance du gouvernement et l’arrogance du patronat dans la conduite de plusieurs réformes rétrogrades en particulier celle du code du travail.

ob_b9d2fa_af65ad56a1d18a22df50fc30ee5e8667

A l’appel de 22 organisations de jeunesse et de plusieurs organisations syndicales ce sont plus de 144 lieux de manifestations et de rassemblements unitaires qui ont été recensés dans le pays.

Cette première mobilisation est incontestablement une grande réussite avec plus de 500 000 manifestants descendus dans la rue. Elle constitue un formidable point d’appui pour les futures mobilisations, notamment celles des retraités le 10 mars, des fonctionnaires le 22 mars ou encore celles de milliers de salariés dans les entreprises qui, luttent quotidiennement pour améliorer leurs condition de travail, leurs salaires, défendent leur emplois, résistent aux répressions syndicales. C’est un bon tremplin pour réussir les prochains rendez-vous jusqu’à l’appel unitaire du 31 mars prochain.

manifestation-bordeaux-9-mars-loi-travail_5561623

Cette journée de mobilisation est un premier avertissement lancé au gouvernement qui ne peut rester sourd devant la colère exprimée partout en France.

Dès le 14 mars, le gouvernement doit retirer son projet de loi actuel sur le code du travail et ouvrir de véritables négociations avec les organisations syndicales en s’appuyant sur les propositions réellement modernes et protectrices pour les salariés. L’engagement de milliers de jeunes, le niveau de mobilisation des salariés, le courant de sympathie que recueillent les nombreux arrêts de travail dans les entreprises et établissement, marquent la volonté et l’espoir d’inverser la logique d’une soumission programmée à la loi du marché, à la libéralisation du travail et de la société sous toutes ses formes.
Ce mouvement multiforme en construction, à la fois intergénérationnel et unitaire repose sur un rejet du projet El Khomri qui incarne un recul de civilisation inédit. Le président de la république, son 1er ministre doivent changer d’orientations et prendre en compte le niveau de mécontentement et les propositions formulées par les syndicats. Les organisations de jeunesse et syndicales vont se retrouver pour analyser cette première journée de mobilisation et décider ensemble les suites à donner à un processus d’action qui va et doit se renforcer. Mais dès à présent, je vous appelle, habitants et salariés de Bezons, à vous mobiliser et à participer massivement à la journée d’action du 31 mars prochain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s