Hollande et Valls bâillonnent le peuple et la démocratie

e5ae7df253b1aea69b4839c7b8240ee8Confronté à une majorité divisée, et à un rejet massif de son projet de casse des droits des salariés dans l’opinion publique, le gouvernement utilise une nouvelle fois l’article 49.3 de la Constitution pour faire passer son projet de loi travail.

Après avoir utilisé les matraques contre les manifestants, Hollande, Valls et ses ministres mettent la muselière au parlement. Manuel Valls vient d’annoncer le recours au 49-3 de son gouvernement pour faire passer, sans vote, la loi Travail. C’est, pour la seconde fois, un coup de force d’une inacceptable brutalité. Face à une majorité dans la rue, dans  l’opinion publique et maintenant au Parlement, le gouvernement, isolé, fait le choix de se bunkeriser. « Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie, le 49-3 est une manière de freiner, d’empêcher le débat parlementaire. »

hollande-et-le-49-3Qu’il avait du bagout, le premier secrétaire du Parti socialiste de 2006 ! Lorsqu’il s’agissait de dénoncer l’utilisation par le premier ministre Dominique de Villepin, au moment du contrat première embauche, de l’« arme atomique » de l’arsenal législatif, François Hollande ne négligeait aucun superlatif. « Tout ce qui concourra à l’affermissement des pouvoirs du Parlement aura notre agrément », précisait-il encore un an plus tard dans l’Hebdo des socialistes. Le député Manuel Valls était déjà sur la même longueur d’onde que lui, allant jusqu’à défendre, en 2008, sous mandature Sarkozy, un amendement pour supprimer l’alinéa 3 de l’article 49 de la Constitution. Il faut croire que, depuis l’Élysée et Matignon, le point de vue n’est pas le même. Et tournant le dos aux valeurs qu’il prétend représenter et pire encore défendre, ce gouvernement n’a décidément aucun courage. Même pas celui d’affronter en débat parlementaires les députés de leur propre rang.  Mais quel mépris et quel déshonneur !!!

160507-ca-va-mieux-manifestation-cambonLa réaction de Pierre Laurent, 1er secrétaire du PCF : J’appelle, dans l’unité la plus large à faire échouer ce déni de démocratie  en exigeant le retrait de la loi. J’appelle les parlementaires de gauche à constituer et à voter une motion de censure de gauche. Partout, faisons entendre notre colère contre ce recul majeur de nos droits sociaux. La loi Travail doit être retirée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s