Plouf plouf TAFTA !

Paris est près de jeter l’éponge, le ministre allemand de l’Économie n’y croit plus. Les pourparlers sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP) sont en panne et ne devraient pas se poursuivre en septembre, a annoncé hier le négociateur français, Matthias Fekl.Une première victoire est à mettre au compte des résistances populaires qui n’ont cessé de s’amplifier de chaque côté de l’Atlantique depuis le lancement des négociations en février 2013.

Le traité devait inscrire dans le marbre les normes d’une gouvernance économique aussi implacables qu’arbitraires, assurant des sortes de pleins pouvoirs aux multinationales les plus puissantes, assurées de bénéficier de standards sociaux et environnementaux nivelés et de pouvoir recourir à des tribunaux privés pour prémunir leurs investissements locaux des aléas de… la démocratie. Un coup d’arrêt est mis à un projet de société mortifère. Matthias Fekl, secrétaire d’État au Commerce extérieur, a annoncé que la France retirait son soutien politique aux négociations menées par la Commission européenne avec les Etats-Unis sur le TAFTA et qu’elle demandera, au Sommet de Bratislava fin septembre, l’arrêt pur et simple des négociations à l’échelle européenne. Nous ne pouvons qu’être satisfaits de cette prise de position française, mais la vigilance doit demeurer quant à sa mise en œuvre. Avec Hollande et Vals, même sans Macron le laquais des banques, il vaut mieux être sur ses gardes.

stop-tafta-ogmReste que cette annonce est le résultat d’une mobilisation citoyenne, politique et sociale sans précédent à l’échelle européenne contre un projet opaque, négocié dans le secret, et faisant courir le risque aux peuples européens et américains, d’un abaissement généralisé de leur qualité de vie au profit des seules multinationales. C’est une première victoire à son actif ! La déclaration de M. Fekl, confirmée par François Hollande, ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Le chef de l’Etat a confirmé la volonté française de ratifier le CETA (Accord de libre-échange entre l’UE et le Canada) et le gouvernement laisse « vivre sa vie » à traités du même acabit le TISA (Accord qui vise la libéralisation des services publics).

46c3cbe_ROR05_GERMANY-PROTEST-_0816_11-900x630Le PCF appelle d’ailleurs le président et l’Exécutif à la cohérence et à la défense des intérêts économiques et sociaux de notre peuple et des peuples européens, et donc à retirer de la même façon son soutien au  CETA et au TISA pour initier au contraire des traités de maîtrise des échanges visant le développement humain, social et écologique, et celui des biens communs. Ce qui est aujourd’hui contesté par la France et l’Allemagne dans le TAFTA, c’est la faiblesse des retombées économiques pour l’Europe et non l’opacité, l’affaiblissement des souverainetés nationales, le contenu néfaste de ces accords de libre-échange pour les droits sociaux, les services publics, l’alimentation, la culture de tous les peuples concernés. Il s’agit d’attaques en règle pour abattre non seulement les normes de protection, mais également les États, et à travers eux la souveraineté des peuples. Leur objectif est de sanctuariser la puissance de la multinationale comme forme de gouvernement, au service des intérêts des « 1% ». Un autre chemin, celui d’une régulationcommerciale mutuellement bénéfique pour les peuples, ayant le souci du bien commun au niveau international, est pourtant possible. La France devrait en être la promotrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s