La République en march’and de sommeil

Véronique Avril, candidate de La République en marche pour les élections législatives à Saint-Denis est accusée d’avoir mis en location, à un tarif exorbitant et durant cinq ans un appartement dans un immeuble déclaré insalubre, , selon une enquête de Mediapart publiée le 22 mai dernier..

L’« affaire Ferrand », une candidate d’En marche de Saint-Denis marchande de sommeil, un autre, ancien du FN… Le début de quinquennat du président Macron, qui se déclare grand moralisateur  de la vie publique, dépare déjà !

À Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine et Villetaneuse, les électeurs ont découvert hier la supercherie de la prétendue vertu des candidats du parti du président Macron. Véronique Avril, candidate de la République en Marche dans la 2 e circonscription de Seine-Saint-Denis, a le visage souriant de tous ceux qui font des profits sur la misère humaine. Tous ceux qui sont prêts à tout pour encaisser une petite plus-value, toucher leur part de rente et de spéculation. Véronique Avril a agi, à Saint-Denis, en véritable marchand de sommeil. D’après des révélations de Mediapart, elle a acquis un appartement de 23 m2 en 2011. sauf que  ledit édifice est sous le coup d’un arrêté de péril. Aux yeux de la loi, tous les loyers cessent d’être dus jusqu’à la réalisation de travaux par la copropriété. Cela n’a pas empêché Véronique Avril de mettre en location son bien en toute illégalité mais au  prix démentiel de  650 euros (28 euros du m2). Soit deux fois plus cher que le prix du marché.

Entre le droit et le profit, elle ne s’est pas trop posé de questions. L’illusion Macron avec ses promesses de moralisation de la vie politique n’aura pas tenu longtemps à l’examen des comportements de certains de ses candidats aux élections législatives.  Mais il est vrai que le combat contre l’habitat indigne n’est pas au cœur du programme du président Macron, ni de ses candidats et candidates aux législatives.

Jean Bernard, , alors candidat du Front national aux élections départementales de 2015.

Mais il y a mieux ou plutôt pire ! De Marine Le Pen à Emmanuel Macron, il n’y aurait qu’un  pas ? Pour preuve Jean Bernard, candidat pour En marche dans le Loir et Cher. Après avoir milité pour le Front national pendant trois ans (Parti dans lequel il disait avoir retrouvé le gaullisme social dont il est issu !!!) et s’être présenté aux élections départementales et régionales sous cette bannière, ce responsable d’agence immobilière  (décidément toujours le logement) vient de rejoindre le comité Macron.  « Nous sommes ouvert, rétorque la référente En Marche en Loir-et-Cher Christine Jagueneau. Les gens ont le droit de changer d’avis ». Ajoutée à cela l’affaire Richard Ferrand, un ministre de la Cohésion territoriale ( ?) empêtré dans des combines immobilières et mutualistes, comme représentation et gage de moralité on peut faire nettement mieux…D’autant que ce n’est que le commencement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s