Casse du code du travail. Mobilisons-nous le 12 septembre

L’issue du simulacre de véritable concertation organisée par le gouvernement autour de la réforme du droit du travail, confirme les craintes que la CGT avait exprimé fin juin. Le Medef et le grand patronat ont été servis  et bien servis ! Mais le monde du travail n’a pas dit son dernier mot. Toutes et tous à la manif du 12 septembre.

Articulé autour de 5 ordonnances, le projet « loi travail » veut accentuer la casse du code du travail déjà bien entamée par le gouvernement socialiste et sa loi EL KOMRI de 2016, adoptée à coups de 49-3. Ainsi, les mesures envisagées ont pour fil rouge : toujours plus de flexibilité, plus de précarité, moins de rémunération, moins de droits, moins de protection notamment en matière de santé et de couverture sociale. Il en va ainsi de la généralisation  du CDD sans limite de durée. Il en est de même pour l’élargissement du travail de nuit pour les employés du commerce au détriment de leur santé et du niveau de leur rémunération.

S’y ajoute la simplification des règles de licenciement tous azimuts. Quand on sait que 92 % des contentieux aux prud’hommes concernent des licenciements abusifs, le gouvernement veut délivrer au patronat un permis de licencier sans contrainte. L’inversion de la hiérarchie des normes, poussée jusqu’au bout, comme le souhaite le gouvernement Macron, ce n’est plus de norme du tout, avec le retour à l’individualisation complète du contrat de travail ! Le texte gouvernemental, sous couvert de pragmatisme, est en réalité un document idéologique, libéral, qui recycle les vieilles lunes du MEDEF, qui ont pourtant partout démontré leur échec. La dernière communication des chiffres du chômage du mois de juillet n’est toujours pas meilleure que les précédentes mais par contre le Cac 40 affiche des profits records ! Par ailleurs, le gouvernement souhaite ouvrir la voie à une attaque des statuts des agents de la fonction publique, des cheminots et amplifier la maltraitance des services publics et des fonctionnaires avec le gel des salaires et la  suppression de 120 000 postes.

Les chômeurs, dont le gouvernement Macron souhaite abaisser les droits, les retraités, dont les pensions vont subir une augmentation de la CSG, sont aussi dans la ligne de mire d’un pouvoir qui ambitionne de se servir sur nos droits collectifs et notre pouvoir d’achat pour servir les profits d’une minorité ! L’augmentation des salaires et des pensions, la réduction du temps de travail, de nouveaux droits pour les salariés et leurs représentants, sont gage d’efficacité économique et sociale. Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires mais également des fédérations et sections FO appellent les salariés du privé et du public, les jeunes, les retraités, les privés d’emplois à se mobiliser massivement , à décider de la grève et à participer à la manifestation du mardi 12 septembre Paris de Bastille à la place d’Italie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s