Les proches de Salah Hamouri, enfin reçus à l’Elysée

48 jours ! Il aura fallu 48 jours pour quel’Élysée daigne enfin recevoir les proches de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien,  détenu arbitrairement par l’Israël. Le comité de soutien de Salah Hamouri attendait ce jour depuis des semaines. Aujourd’hui 9 octobre, sa femme Elsa Lefort, son beau-père Jean-Claude Lefort, et son avocat français Me Bérenger Tourné, seront reçus par un « conseiller diplomatique » de l’Élysée. 

Arrêté le 23 août dernier chez lui, à Jérusalem-Est, par l’armée israélienne, Salah Hamouri est depuis placé en détention administrative, sans que sa famille ou ses avocats ne connaissent précisément l’accusation dont il fait l’objet. Les autorités israéliennes le suspecteraient de liens avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation marxiste placée sur la liste des organisations terroristes d’Israël. Une accusation qu’il dément.  « Le but est clairement de le casser et de le contraindre à l’exil car il s’oppose à la politique israélienne », assure Elsa Lefort, son épouse. Contacté par « l’Obs », l’Elysée affirmait vendredi que le dossier était « suivi très attentivement ». Et promettait que « le droit à exercer la protection consulaire » pour Salah Hamouri avait été réclamé auprès d’Israël, comme le demandait a minima le comité de soutien du père de famille.  « Le consul général de France a pu rendre visite à Salah Hamouri le 3 septembre, et assister aux audiences. Nous sommes également intervenus auprès de l’ambassade d’Israël en France. […] Emmanuel Macron est tenu informé de la situation de ce ressortissant », assure l’Elysée.

Lors d’un point presse à l’Assemblée nationale, les députés communistes, Elsa Faucillon, Sebastien Jumet et Pierre Dharreville ont demandé au gouvernement d’intervenir en auprès des autorités israéliennes pour exiger la libération de Salah Hamouri.

Dans un communiqué publié le 18 septembre, le comité de soutien du Français exigeait du gouvernement qu’il s’engage de toute urgence pour la libération de l’avocat franco-palestinien :  « Nous demandons donc solennellement aux autorités françaises compétentes […] d’intervenir en urgence auprès de leurs homologues israéliens. Nous demandons que le président Emmanuel Macron reçoive la femme de Salah Hamouri. » Alors que le journaliste français Loup Bureau venait d’être libéré après 51 jours d’emprisonnement en Turquie, les soutiens de Salah Hamouri estimaient que les autorités françaises pratiquaient le « deux poids, deux mesures » :  « Ni les autorités françaises, ni la presse n’ont bougé nettement pour la libération de Salah Hamouri. […] Ce double standard concernant une situation identique sur le fond ne peut que heurter tous les démocrates. » La forte mobilisation lancée à travers la campagne de pétition en faveur de la libération de Salah Hamouri, tant au niveau national qu’ici à Bezons par l’association Bezons-West Bani Zaïd,  n’est évidement pas étrangère à cette réaction de l’Élysée. Et cette campagne ne doit surtout pas pas fléchir !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s