la liste des tueries de masse aux États-Unis s’allonge

Après chaque fusillade meurtrière, comme celle de Las Vegas et plus récemment ce 5 novembre à Sutherland Springs, la question du contrôle des armes aux USA refait surface. Les armes à feu font partie du quotidien des Américains. 42% d’entre eux vivent dans un foyer possédant une arme. Sept sur dix ont déjà tiré avec. Selon l’ONG Gun Violence Archive, 11 652,  personnes sont mortes tuées par balles depuis le début de l’année sur le sol américain (contre 5 965 en 2016.), qui a aussi enregistré 273 fusillades de masse.

Comme une litanie, aussi terrible qu’interminable. Après Las Vegas, il y a seulement quelques semaines, la liste des tueries de masse ne cesse de s’allonger aux États-Unis. La dernière en date a coûté la vie dimanche à 26 personnes réunies pour l’office dans l’église baptiste de Sutherland Springs, un hameau du Texas situé à une cinquantaine de kilomètres de San Antonio. Le tueur, un jeune homme blanc âgé de 26 ans, a vidé le chargeur de son fusil d’assaut sur les personnes rassemblées dans l’église. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans. Retrouvé mort un peu plus loin dans son véhicule après avoir cherché à prendre la fuite, l’assassin a été identifié comme un ex-militaire, renvoyé de l’armée de l’air après un passage en cour martiale en 2014. Reste le mobile d’une telle tuerie !

Dans un pays où les armes à feu pullulent, cette nouvelle tragédie devrait en toute bonne logique rouvrir un débat si ce n’est sur la limitation des ventes, à tout le moins sur leur contrôle. Montant aussitôt en défense, le plus influent des partisans du marché libre des calibres, Donald Trump s’est appliqué, une fois encore, à ne pas démériter de son statut d’agent de pointe de la National Rifle Association (NRA), le surpuissant lobby des armes à feu. Il a prévenu aussitôt, depuis Tokyo, où il est en déplacement : « La santé mentale est le problème ici (…). Ce n’est pas une question liée aux armes à feu. » Autrement dit : circulez, il n’y a rien à voir. Soutenu par l’association durant sa campagne, le brave soldat Trump a juré devant le congrès de la NRA, en avril dernier, de « ne jamais empiéter » sur le droit à posséder une arme à feu.

Outre la Maison-Blanche, la NRA dispose d’un réseau redoutable parmi les élus républicains du Congrès mais aussi au sein du camp démocrate. Une situation qui ulcère tous ceux qui entendent combattre le fléau. Parmi eux, la sénatrice Elizabeth Warren, figure de l’aile progressiste du parti de l’âne. Elle ne cache pas son dépit : « Non seulement j’ai la mort dans l’âme, a-t-elle lancé à la nouvelle de la tuerie texane. Mais plus que ça, je suis en colère.» Le bilan des tueries de masse, répertoriées depuis le début de l’année, s’élève à quelque 11 652 victimes. Le marché de la mort prospère ainsi comme jamais. Au point que plusieurs chercheurs soulignent que le problème s’apparente à une véritable «crise de santé publique» puisque ces attaques font, ont-ils calculé, plus de victimes que le sida et la maladie de Parkinson réunis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s