La France est un pays de plus en plus riche…en pauvres !

Le Secours Catholique présente ce 9 novembre son 9e rapport sur la pauvreté (PDF du rapport complet en pièce jointe) . Seniors, jeunes familles et étrangers sont les premières victimes de la crise et des inégalités. Dans ce document 2017 , le Secours Catholique déconstruit les préjugés qui circulent sur les chômeurs, les migrants ou les bénéficiaires des aides  « Les pauvres font des enfants pour toucher les allocations familiales, le travail, si on cherche, on trouve,  les étrangers viennent profiter de la générosité du système social Français…. » Ces préjugés ont la vie dure. Ce rapport déconstruit, chiffres à l’appui, ces idées reçues qui sont autant de poids chargés sur les épaules des personnes pauvres, qui vivent avec moins de 1015 euros par mois.

Dans un contexte de chômage et de précarité croissants ce rapport sur la pauvreté, l’association pointe deux populations particulièrement fragiles : les seniors isolés et les jeunes familles. Dans la fréquentation des antennes du Secours catholique, « la proportion des plus de 60 ans a presque doublé, passant de 5 % en 2000 à près de 10 % en 2016 », constate le rapport. Le résultat d’une fragilisation progressive liée à une précarité des emplois. Pour l’historienne de la pauvreté Axelle Brodiez, ce phénomène des seniors est relativement récent : « Les gens se retrouvent au chômage en fin de carrière, mis en retraite anticipée ou licenciés à 50 ans. Il leur est souvent impossible de retrouver du travail. Avec la précarisation du travail depuis les années 1980, les carrières sont hachées et les taux de cotisations inégaux. Arrivée l’heure de la retraite, les revenus sont très faibles. » .

Du côté des jeunes familles, le rapport pointe une accentuation de la « vulnérabilité ». Les couples avec enfants, qui étaient davantage protégés, sont de plus en plus nombreux à faire appel au Secours catholique (24,2 % en 2016, 2 points de plus en cinq ans). La part des familles monoparentales reste stable mais représente trois ménages sur dix, composés à 88 % de mères isolées avec enfants. Lorsque le rapport s’intéresse aux facteurs de cette pauvreté multiple, celui de la précarité des emplois arrive en tête, suivi du manque d’accès à la formation. Outre les chiffres de la pauvreté, le rapport s’inquiète grandement de la ténacité des préjugés véhiculés sur les familles les plus démunies. Le regard a rarement été aussi dur. On dénombre 40 % de non-recours au RSA et 31 % de non-recours aux allocations familiales.

Pour battre en brèche les préjugés, le Secours catholique a choisi de démonter huit idées reçues. Dont celui comme quoi les étrangers profitent (abusent, diraient certains) de la générosité du système social français. Là encore, c’est tout faux. « Le niveau des revenus mensuels des ménages étrangers est de 139 euros et leur niveau de vie médian est inférieur à 100 euros par mois, soit plus de 10 fois inférieur au seuil de pauvreté à 60 %, pointe le rapport. Quelle que soit l’origine de leurs ressources, la très large majorité des ménages étrangers vit en dessous du seuil d’extrême pauvreté (40 % du revenu médian)».

Pour lire le rapport du Secours Catholique, CLIQUEZ ICI : RAPPORT 2017 sECOURS CATHOLIQUE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s