Les députées LREM étendent le jour de carence aux femmes enceintes !

Le retour du jour de carence a été adopté le 20 novembre dernier par les députés LREM dont Madame Fiona LAZAAR, députée macroniste de notre circonscription.

Naïveté ou hypocrisie ? La députée de notre circonscription Fiona Lazaar, feint en effet de s’émouvoir de la mise en place de la prime d’assiduité à la Ville d’Argenteuil qui sanctionne aussi les femmes enceintes alors qu’elle vient de voter le retour du jour de carence pour les agents de la Fonction publique à partir de janvier 2018. Jour de carence qui, grâce au rejet d’un amendement par les députés LREM, sanctionne aussi les femmes enceintes. Membre de la République en Marche, soutien inconditionnel à tous les mauvais coups du gouvernement, elle ne connaîtrait donc pas le contenu des lois qu’elle vote ? Allons voyons !!!!

Introduite par Nicolas Sarkozy en 2012, cette mesure avait été supprimée par François Hollande deux ans plus tard. La ministre de la Fonction publique d’alors, Marylise Lebranchu, l’avait qualifiée d' »inefficace et d’injuste ». Véritable engagement de campagne d’Emmanuel Macron, le rétablissement d’un jour de carence dans les trois fonctions publiques (Etat, collectivités locales et hôpitaux) en cas d’arrêt maladie avait déjà été annoncé en juillet dernier par le gouvernement.  Ce premier jour non-payé en cas d’arrêt maladie a pour but de lutter contre « le micro-absentéisme qui désorganise les services ». Macron et Gérald Darmanin, son ministre de l’Action et des comptes publics, en ont fait le cadeau d’étrennes aux fonctionnaires pour 2018 avec le maintien du gel des salaires.

Le retour du jour de carence, inscrit dans le programme électoral de Macron,  permet au gouvernement d’économiser 170 millions sur le dos des salariés alors qu’avec le soutien de ses députés il offre des milliards de réduction d’impôts aux nantis de la finances et de la spéculation.

Mais là où la députée semble nous prendre pour des poires c’est que les députés LREM ont voté ce retour du jour de carence le 20 novembre dernier dans le cadre de la Loi de finances 2018.  La députée de notre circonscription ignorerait-elle aussi le contenu des lois qu’elle vote ? Le candidat Macron avait promis un gain de pouvoir d’achat pour l’ensemble des salariés : promesse reniée, puisque les fonctionnaires ne bénéficieront ni de gain de pouvoir d’achat, le point d’indice étant gelé et le plan d’avancement des carrières en suspens ; ajoutons à cela les 120 000 suppressions de poste annoncées sur l’ensemble du quinquennat et, pour que le panorama soit complet, l’article 48, qui instaure le retour d’un jour de carence.

Avec le jour de carence chaque malade est suspecté de fraude, y compris les femmes enceintes. Et les médecins sont au passage considérés comme des pourvoyeurs d’arrêts de complaisance.

Madame la Députée nous fera-t-elle croire aussi qu’elle ignorait que les femmes enceintes n’étaient même pas exonérées de cette mesure !!! D’ailleurs les députés LREM ont rejeté un amendement visant à en exempter les femmes enceintes. Ce qui veut dire que la députée Fiona Lazaar et ses collègues, y compris féminines, conçoivent la grossesse comme une entrave au bon fonctionnement du service public ! Choix pour le moins choquant pour celle qui se vante d’être de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. « Au cœur du pacte social et républicain, l’égalité entre les femmes et les hommes a été érigée au rang de « grande cause nationale par le Président de la République pour la durée du quinquennat » écrit-elle en préambule du rapport rendu par cette délégation.

Le jour de carence voté par les députés de Monsieur Macron n’épargne même pas les femmes qui se verront pénalisées pour…grossesse !!!

En réalité ce retour au jour de carence est un mensonge : la prétendue volonté de corriger une supposée inégalité public-privé. Ce jour de carence constitue aussi une véritable insulte envers les salariés : chaque malade étant suspecté de fraude, y compris les femmes enceintes.  Les médecins sont au passage considérés comme des pourvoyeurs d’arrêts de complaisance. Le travail au noir représente 9 à 15 milliards par an de manque à gagner pour les comptes sociaux, soit davantage que la totalité des sommes versées au titre des indemnités journalières pour absence maladie.

Les députés et députées de Macron ont par ailleurs voté un amendement de Cendra Motin (LREM) pour étendre le décompte de ce jour de carence à tous les salariés bénéficiant d’un régime spécial de sécurité sociale.

Ce gisement d’économie côté patronal est ignoré par le gouvernement, qui préfère taper une nouvelle fois sur les travailleurs, en opposant public et privé et en prenant les malades pour boucs émissaires. Tout cela pour économiser 170 millions d’euros alors que le gouvernement Macron et ses députés offrent des milliards d’euros de réduction d’impôts aux nantis de la finances et de la spéculation.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s