Deux élections, deux gifles pour LREM

Nouveau record d’abstentions pour le second tour des deux  législatives partielles du 4 février  2018, lorsque l’on sait que ces élections partielles n’ont lieu que 6 mois après les deux grandes élections de 2017. Même pas 20 % de votes exprimés dans le Val d’Oise et moins de 30 % à Belfort. Cela dit, dans la bataille LREM-LR, c’est LREM qui perd. Preuve qu’un début de mécontentement grandit dans l’électorat macronien. Le double échec de la majorité aux législatives du week-end signe donc un revers pour le tandem Macron-Philippe, dont la popularité est en berne.

Une victoire à Belfort et un succès, plus inattendu, dans le Val-d’Oise : la droite non-macroniste peut pavoiser après les deux législatives partielles qui se sont tenues dimanche. Pour autant, avec 80 % d’abstention dans le Val-d’Oise et plus de 70 % à Belfort, difficile d’y voir un autre message que le désintérêt pour ces scrutins. « La France du réel s’est exprimée : malgré huit mois de communication mensongère, les électeurs ont envoyé un message clair à Emmanuel Macron et au gouvernement. C’est un désaveu qui sanctionne sévèrement la politique du gouvernement », a pourtant estimé Laurent Wauquiez, le président de LR, trop heureux de pouvoir claironner que « la droite est de retour ». Si, dans la première circonscription du Territoire de Belfort, le LR Ian Boucard s’est nettement imposé avec 59,18 % des voix, faisant plus de 8  points de mieux qu’en juin, face au Modem-LREM Christophe Grudler (40,82 %), c’est avec seulement, rappelons-le, 28,91 % de participation contre 45,25 % en juin 2017.C’est toutefois la partielle du Val-d’Oise qui devrait inquiéter l’exécutif, avec la défaite de la députée sortante LREM Isabelle Muller-Quoy (48,55 %) qui avait, en juin, pris la circonscription à la droite. Son rival LR, Antoine Savignat, l’a emporté avec 51,45 %, 6 points de mieux que lors des législatives suivant l’élection d’Emmanuel Macron à l’Élysée. Avec un taux de participation ici d’un peu plus de 20 %, et une candidate poussée par le parti à se représenter contre son souhait, le parti présidentiel rejette toute portée nationale au scrutin. « C’est un moment où il est plus facile de mobiliser contre que pour », se rassure-t-on à Matignon. Le score décevant des candidats En marche, l’abstention, et fait notable, un taux élevé de bulletins blancs et nuls dépassants 10 % des votants dans les deux élections sonnent comme un signal avant même la première année du quinquennat.

Tout un symbole: la défaite dans le Val-d’Oise de la députée sortante LREM Isabelle Muller-Quoy (48,55 %) qui avait, en juin, gagné la circonscription sur le sortant LR.

Le vice-président LREM de l’Assemblée, Hugues Renson, a mis en garde contre toute « surinterprétation de ces résultats ». Pourtant, l’exécutif avait mouillé le maillot pour l’élection du Val-d’Oise, et, jeudi dernier, le premier ministre, Edouard Philippe, lui-même, était venu avec le patron imposé par Macron de LREM, Christophe Castaner, soutenir la candidate et accréditer l’idée d’un scrutin test, appelant les électeurs à « faire en sorte de pouvoir continuer cette marche ». La double défaite enregistrée, suivant l’échec aux sénatoriales et en Corse, témoigne d’une formation désormais à la peine, alors que l’exécutif se montre de nouveau en baisse dans les sondages. Rappelons aussi qu’en décembre dernier, La République en marche (LREM) avait été battue lors de deux élections municipales anticipées. Deux revers pour le parti présidentiel : l’un dans les Yvelines, l’autre à Orthez (Pyrénées-Atlantiques) où les électeurs avaient refusé de confier leur mairie aux candidats de Macron.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s