COLLOMB, DE L’INTÉRIEUR A…L’EXTÉRIEUR !

Le départ inéluctable du ministre de l’Intérieur perturbe encore plus la rentrée du pouvoir, qui sortirait affaibli d’un nouveau remaniement, un mois après le précédent. Macron veut qu’il reste à l’intérieur, Collomb préfère l’extérieur !

Il y a donc bien de l’eau dans le gaz entre Emmanuel Macron et Gérard Collomb. Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, persiste et signe : il veut rentrer à Lyon. C’est ce qu’il vient de déclarer dans une nouvelle interview dans Le Figaro. Et plus vite que ça, s’il vous plaît ! Avant même que le beaujolais nouveau ne coule à flot entre Rhône et Saône. Fatigue ? Dépit amoureux ? Sentiment d’être pris pour un ringard par les équipiers du nouveau monde ? Affaire Benalla mal digérée ? Tout ça à la fois, peut-être. Et puis, ne vaut-il pas mieux être roi dans son village de Lyon que pantin dans le royaume du président des riches et des très riches…

La roue de l’opinion publique tourne, et rien ne va plus dans la Macronie. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui avait annoncé le 18 septembre son départ du gouvernement après les élections européennes de mai 2019 pour se présenter l’année suivante au scrutin municipal de Lyon, engage un bras de fer avec le président, en maintenant sa volonté de démissionner de son ministère. Quelques semaines après les départs de Nicolas Hulot (Écologie) et de Laura Flessel (Sports), ce n’est pas le moment, pour Emmanuel Macron, de procéder à un remaniement. Gérard Collomb, qui a multiplié ces dernières semaines en off les remarques aigres à l’adresse du président de la République, évoque plus une question relationnelle qu’une divergence politique.

L’homme qui avait la larme à l’œil le jour de l’intronisation d’Emmanuel Macron à l’Élysée est celui qui, désormais, ne se prive pas de le critiquer. En public, comme le 6 septembre, où il avait notamment invoqué son « manque d’humilité » pour expliquer les mauvais sondages de la rentrée. En privé, comme devant des journalistes de la presse régionale, où il dépeignait un président de la République de plus en plus isolé. « Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s’isoler, car par nature l’Élysée isole », avait confié l’hôte de la Place Beauvau.

Depuis, le départ revendiqué du ministre de l’Intérieur envoie deux messages. Primo, l’Élysée n’est plus en mesure de décider de qui reste à son poste, et regrette que le ministre se soit mis en situation « de devoir démissionner ». Secundo, les fils qui tiennent encore la majorité ensemble sont bien fragiles. Car il n’y a pas qu’au sein du ministère de l’Intérieur que ça tangue. Toute la macronie est fissurée, un début d’effondrement en somme. Un proche du souverain n’a d’ailleurs  pas hésité à déclarer, « Emmanuel Macron finira seul ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s