Les Marcheurs dans leurs habits de délateur

On pensait qu’ils avaient atteint le fond en refusant de voter une proposition de loi en faveur de l’accueil et l’encadrement des élèves handicapés et bien NON ! Collaborateurs très zélés du président des riches et des très riches, des militants et des députés LREM infusent  maintenant dans l’appel à la délation. Les promoteurs de la start-up nation gouvernementale, les mêmes qui bradent la France, qui étouffent financièrement les communes, s’en prennent maintenant aux maires qui ont décidé d’augmenter la part communal de la  taxe d’habitation.  6027 communes avaient déjà augmenté leur taux en 2018

Le ministère des Comptes publics a publié les taux et leurs évolutions pour toutes les communes et des militants se réclamant de LaREM ont initié sur Twitter le hashtag #BalanceTonMaire. Cette vague d’hostilité contre les maires lancée sur les réseaux sociaux, et indirectement alimentée dans les colonnes du Figaro et du Parisien,  a déclenché une vive réaction de l’Association des maires de France (AMF) qui dénonce une référence grossière à la campagne visant à dénoncer les violences sexuelles sous le hashtag #Balancetonporc. L’AMF y voit « une attaque personnelle que rien ne peut justifier » et réclame des excuses publiques. Le troupeau d’oiseux de LREM ignorent donc aussi que l’augmentation de la part communale des impôts locaux dans la taxe d’habitation (qui comprend aussi la part du Conseil départemental et du Conseil régional)  est  un droit dont l’application relève de la  libre administration des collectivités locales garantie par la Constitution !

D’autant que si certaines communes (autour de 6 000) ont augmenté leur taux d’imposition, c’est surtout pour maintenir le niveau des services publics et réaliser des investissements, que la baisse des dotations de l’État vient hypothéquer.  Qui , en effet a baissé les dotations aux collectivités tout en multipliant les cadeaux aux grosses fortunes ? A Bezons, où un point de fiscalité équivaut à 150 000 euros, la part municipale des impôts locaux n’a pas augmenté en 10 ans. L’augmentation de 5% décidée pour 2019 a été prise en concertation avec la population. En effet, la police municipale, en faveur de laquelle les Bezonnais se sont largement exprimés, a été chiffrée à un peu plus de 800 000€ / an (salaires / équipements / locaux). Si on calcule donc 150 000 € x 5,5 (soit l’augmentation prévue), on arrive à 825 000 €. L’augmentation couvre donc la création de la police municipale.

Par contre, la taxe d’habitation n’a pas baissé quand l’État a décidé de fermer le commissariat de police. Or , ce ne sont pas ces impôts locaux qui paient la police nationale, mais bien l’impôt sur le revenu, sur lequel la commune n’a aucun levier  et que les Bezonnais continuent de payer sans en avoir le bénéfice. Et si vous attendez une réponse de la députée LREM de la circonscription, il faudra attendre un peu car il n’y a toujours pas de ministre de l’intérieur en vue, mais par contre le ministère de la délation vient d’être créer !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s