LA « GRÉVE » DE LA POLICE, ET LA COLÈRE DES GILETS JAUNES, EN DESSINS

Pour obtenir rapidement une augmentation de salaire, suffit-il d’être policier ? Police: 6h de discussion… 120 euros d’augmentation de salaire. Gilets jaunes: 6 semaines de grève… des miettes… et pas pour tous !!  Chez les gilets jaunes, et pas uniquement parmi eux,  on a donc beaucoup de mal à digérer la revalorisation salariale accordée aux policiers, après seulement…une journée de « mobilisation ».

« Il faut reconnaître l’effort qui a été fait par les forces de l’ordre. Ils ont été mis à rude épreuve », tenait à expliquer le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sur France 2, après avoir cédé aux syndicats. Lundi, en amont de la présentation du budget à l’Assemblée nationale, le syndicat Alliance avait dénoncé « une baisse de 62 millions d’euros sur l’investissement dans la police nationale, ce qui engendrera une fois de plus une dégradation de nos conditions de travail ». Il appelait à une « journée noire » pour les commissariats, « acte I » d’un mouvement national qui faisait référence aux démonstrations de gilets jaunes, dont l’acte VI devrait se jouer ce samedi à Paris.  « C’est ce qu’on voulait, on voulait une amélioration immédiate du pouvoir d’achat », s’est félicité le secrétaire général d’Unité-SGP Police FO, Yves Lefebvre, au sortir du ministère après plusieurs heures de tractations.  Mais tous les syndicats n’ont pas réagi aussi favorablement aux annonces. Pour la CGT police, c’est « la santé des policiers (qui est) achetée contre 120 euros de prime ». Et l’organisation de « refuser catégoriquement cet accord ». Soulignant le nombre alarmant de suicides dans la profession, l’organisation rappelle que « les policiers sont livrés à eux-mêmes sur le plan psychologique et épuisés par le nombre d’heures de travail ».

Or le chantier des heures supplémentaires, soit 275 millions d’euros, ne sera « traité » qu’à partir de janvier. « Rappelons-le, insiste le syndicat, 21,7 millions d’heures supplémentaires ont été faites et restent dues ; un statut dérogatoire contraire aux règles du travail, qu’elles soient issues du Code du travail ou des préconisations de l’Organisation internationale du travail, nous régit. L’État, par ces biais, a donc toute marge de manœuvre pour porter atteinte à notre santé, à notre qualité de vie et à nos intérêts de salariés. » Le syndicat CGT ne veut pas céder sur ses revendications : embauches statutaires, titularisation de l’ensemble des adjoints de sécurité, réorganisation du temps de travail, intégration complète des allocations et primes en points d’indice, le dégel de celui-ci… Si le gouvernement a su amadouer rapidement une partie des policiers en négociant avec eux dans un coin, les autres secteurs de la fonction publique auraient tort de ne pas profiter de la brèche pour négocier à leur tour. En effet, toujours rien pour les personnels hospitaliers ni les  pompiers, entre autres, qui font un maximum d’heures supplémentaires.  La question est posée : pourquoi cette différence de traitement ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s