LE CRI D’ALGER !

Excellent éditorial aujourd’hui dans l’Humanité signé  Maurice Ulrich et consacré au mouvement populaire en Algérie. Des dizaines de milliers d’Algériens sont en effet sortis dans la rue, de manière festive et pacifique à Alger et dans de nombreuses grandes villes du pays , mais aussi en France, pour dire non au 5ème mandat du président Bouteflika. L’appel avait été lancé de manière anonyme sur les réseaux sociaux qui étaient jusque-là le principal foyer de protestation à la candidature d’un président qui n’a pas parlé à son peuple depuis 2013. Vous trouverez l’intégralité de cet éditorial ci-dessous

Depuis sept ans l’Algérie est dirigé par un président fantôme qui n’apparaît plus jamais en public et qui est devenu muet. C’est une forme d’humiliation.

« Djoumhouria, machi mamelaka ! » ont scandé hier des centaines d’étudiants sur les hauteurs d’Alger, des milliers dans le pays. « Une République, pas une monarchie ! » À ce ­slogan qui exprime le rejet de la cinquième candidature d’Abdelaziz Bouteflika, s’en ajoute souvent un autre. « Que les harraga reposent en paix. » Il s’agit de ces jeunes qui, après avoir brûlé leurs papiers, tentent la traversée de la Méditerranée devenue le cimetière marin que l’on sait. La crise en Algérie couvait depuis plusieurs années. Elle éclate avec deux dimensions qui se conjuguent. Elle est sociale et morale. Sociale car, depuis cinq ans, la chute du cours des hydrocarbures, qui représentent 94 % des exportations du pays, a amené une chute sans précédent du pouvoir d’achat. Le pays, en dépit de la corruption des cercles dirigeants, connaissait, grâce à une politique pour partie redistributive, une relative paix sociale aujourd’hui rompue. L’autre dimension est une crise de dignité et de démocratie. Depuis sept ans le pays est dirigé par un président fantôme qui n’apparaît plus jamais en public et qui est devenu muet. C’est une forme d’humiliation.

Bouteflika est président de la République algérienne démocratique et populaire depuis le 27 avril 1999.

Pour les nouvelles générations, la fin de la décennie noire, pendant laquelle les islamistes ont tué de 100 000 à 200 000 personnes, est déjà loin, et si le président actuel s’est prévalu d’y être pour quelque chose, cela ne justifie en rien la situation d’aujourd’hui. Sans doute à ses côtés tente-t-on d’agiter le danger du ­retour à ces années mais les jeunes Algériens, dont les manifestations sont exemplairement pacifiques, ont besoin de démocratie et de progrès social. L’aggravation de la crise, ce serait l’obstination de l’équipe dirigeante. Sa volonté de tenir les médias à distance, y compris en refusant leur visa à des journalistes, n’augure rien de bon. Sa résolution, c’est une transition démocratique qui peut être sereine. La France dans ces conditions n’a qu’une chose à faire : rien. Rien qui puisse tendre la situation au prétexte du maintien d’un ordre qui est le véritable désordre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s