LE PRINCE VISITANT LES GUEUX NUITAMMENT…EN DESSINS

L’image a fait le buzz sur les réseaux sociaux : le souverain Macron, dans la pénombre nocturne d’une rue parisienne, s’agenouille près d’une tente, en maraude avec les équipes du Samu social de Paris, enfilant pour l’occasion, un jean et un blouson en cuir.  Une mascarade médiatique savamment orchestrée. Pour qui connaît un tant soit peu cette réalité qu’est l’accompagnement des personnes de la rue, une telle charge communicationnelle est scandaleuse et ne saurait voiler les manques immenses de l’actuel Gouvernement sur ce front social et tant d’autres. Pour des raisons essentiellement budgétaires, le Gouvernement a en effet décidé de réduire les crédits des Centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de 57 millions d’euros sur quatre ans.

L’économie réalisée – 57 millions d’euros sur quatre ans – est pourtant négligeable, si on la rapporte aux capacités financières de l’État. À titre d’ordre de grandeur, 57 millions d’euros, cela représente à peine 1,3 % du produit annuel de l’ancien impôt sur la fortune (ISF). Le président des riches et des très riches et son gouvernement qui, avec le soutien de leurs députés, ont supprimé cet impôt, n’ont cessé d’expliquer que cet impôt était « inefficace » et qu’il rapportait peu. Son seul rétablissement pourrait pourtant permettre de multiplier les crédits annuels consacrés aux CHRS, c’est-à-dire, concrètement, à la réinsertion des personnes sans-abri. Ici comme ailleurs, du reste, l’impératif de l’efficacité si fortement revendiqué par l’actuel Gouvernement mérite qu’on l’interroge. En quoi est-il en effet soutenable, pour de si faibles économies, de réduire le financement de l’aide à la réinsertion de milliers de personnes à la rue parmi lesquelles 36% de femmes et des  enfants. ? Lors de la présentation de son « Plan pauvreté » le 13 septembre 2018, le président Macron affirmait avec emphase : « Vous l’aurez compris, Mesdames et Messieurs, ce plan de prévention et de lutte contre la pauvreté, ce n’est pas un plan de charité. Ce n’est pas un plan charité car il ne s’agit pas de permettre de vivre un tout petit peu mieux dans la pauvreté, il s’agit de sortir de la pauvreté. ». La mise en scène de la maraude présidentielle, amplement relayée par les soutiens au souverain Macron, elle leur évite de voir l’image que la rue leur renvoie ; ce qu’elle leur dit d’une politique injuste, d’une société où la dissolution du lien social ne cesse de s’aggraver. La lutte contre la pauvreté mérite bien mieux que de tels artifices et d’une honteuse mascarade.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s