GESTION DU COVID-19, LES DÉPUTE.E.S COMMUNISTES RÉCLAMENT UNE COMMISSION D’ENQUÊTE.

De l’affaiblissement des capacités de soins au non-respect des recommandations de l’OMS, l’objectif  de la demande de création d’une commission d’enquête parlementaire, déposée par les député.e.s communistes, est de faire la lumière sur la gestion de la crise du coronavirus. Vous retrouverez l’intégralité du texte de cette résolution en fin d’article.

Mardi 7 avril, les députés PCF ont demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire (PDF ci-dessous) « visant à identifier les dysfonctionnements dans la gestion sanitaire de la crise du coronavirus ». « Nous voulons lever la chape de plomb démocratique. Nous sommes dans une démarche constructive : il faut pointer ce qui a conduit à l’ampleur de cette crise, pour tirer les conséquences et limiter les pandémies futures », explique André Chassaigne, président du groupe GDR. « Nous déposons cette commission car nous n’excluons pas que la mission d’information en cours soit une mission d’enfumage. Il pourrait s’agir d’une démarche occupationnelle des députés, alors qu’il faut de l’action. Nous ne sommes pas dans une volonté polémique : nous voulons pointer les dysfonctionnements pour les résoudre véritablement », précise Sébastien Jumel. Les députés PCF ne se satisfont pas de la proposition de Richard Ferrand de transformer la mission en cours en commission d’enquête plus tard, lors d’une « seconde phase.Dans leur texte, les communistes s’interrogent notamment sur les milliards d’euros enlevés à l’hôpital public, les 100 000 lits supprimés en vingt ans, mais aussi sur le non-respect des recommandations de l’OMS par la France concernant l’arrivée du coronavirus. « Nous n’aurons pas une mémoire de poisson rouge. Cette crise est un accélérateur de la révélation de ce que nous dénonçons depuis des années. Affaiblir l’hôpital public, découper notre appareil productif et industriel, c’est abîmer l’État, sa souveraineté sanitaire et sa capacité d’action au service des citoyens », prévient Sébastien Jumel, qui appelle à repartir dans le bon sens. « En petit comité, le gouvernement prépare les mesures d’après, nous ne sommes pas dupes. Ils vont essayer de conforter leur modèle. Nous en avons un autre et nous allons présenter, mercredi, 74 mesures d’urgence pour le présent et pour les jours heureux d’après », annonce André Chassaigne.

POUR LIRE LE TEXTE DE LA RÉSOLUTION, CLIQUEZ ICI : La proposition de commission d’enquete

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s