Télévision grecque et austérité : arrêtons le massacre !

no signal

Depuis avant hier, les télévision et radio publique grecques n’émettent plus. Au nom des économies budgétaires, le gouvernement grec n’a pas hésité une seule seconde à mettre au chômage 3000 salariés, et a porté un coup très grave à la démocratie et à la liberté d’expression. La méthode – par décret pour une décision applicable le soir à 23h – rappelle de sombres heures de l’Etat grec. De nombreux manifestants faisaient hier le rapprochement avec la dictature militaire.

La cure d’austérité drastique imposée par le FMI – qui a d’ailleurs depuis reconnu que la sanction avait été trop forte – fait de lourds dégâts. Il est temps que les peuples retrouvent leurs souveraineté, il est temps que les états ne puissent plus se faire dicter leurs décisions politiques par une telle organisation. Les grecs subissent encore un très mauvais coup, qui porte atteinte à tous leurs droits : liberté, expression, démocratie. C’est inacceptable, il nous faut lutter pour que le FMI cesse de faire des victimes au nom d’une austérité qui ne fait qu’aggraver les situations économiques de nombreux états.

Je vous partage le communiqué de Pierre LAURENT.

« Au prétexte de coupes budgétaires drastiques, le gouvernement grec conservateur d’Antonis Samaras a ordonné par décret la fermeture sine die de toutes les chaînes de télévision publique nationale. Hier, subitement, les écrans de la télévision grecque sont devenus noirs. Les 2656 salariés, qui résistaient au projet d’abrogation de convention collective, sont ainsi précipités à la porte. Ils ont occupé hier soir les bureaux du groupe.

Ces mesures d’austérité qui interviennent quelques jours après que le premier ministre ait affirmé « avoir corrigé les erreurs du FMI » sont de fait une atteinte en règle au pluralisme et à la démocratie. Cette décision est d’une gravité extrême et montre avec quels autoritarisme et déni démocratique l’austérité s’abat sur le peuple grec.

 Au nom du PCF et du PGE, je tiens à affirmer mon soutien aux salariés des chaînes publiques, ainsi qu’aux forces sociales et aux démocrates et progressistes qui se mobilisent contre ce nouveau coup de poignard contre la Grèce.

 Le PCF et ses partenaires du Front de gauche soutiennent l’occupation du siège de l’ERT par ses salariés. »

Pierre LAURENT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s