Il n’y a pas de rupture au FN.

Alexandre Dezé, membre de l’Observatoire des radicalités politiques rattaché à la Fondation Jean Jaurès, qui a analysé dans une récente étude le passage de relais au sein du FN entre père et fille, a donné un interview dans le journal L’Humanité de ce 7 mai. je ne résiste pas à le reproduire ici en vous invitant vivement à en prendre connaissance. Car en effet, les histoires de famille ne change en rien le fond de commerce idéologique du FN.

On continue de prêter au Front national des velléités de « normalisation ». Les violences du 1er mai montrent-elles autre chose ?

Alexandre Dezé : Elles montrent une partie de la réalité du FN, qui de ce point de vue ne change pas, dans son rapport aux médias et à ceux qui portent une parole contestataire à son égard. Pour changer un parti il faut du temps, prendre des précautions avec ses militants, redéfinir les orientations doctrinales… Il y a toujours eu un versant dit ‘’respectable’’ de l’extrême droite et un versant radical, aujourd’hui on pourrait charger Florian Philippot d’un côté, Jean-Marie Le Pen de l’autre, pour les incarner. Mais les comportements et le discours radical, que Jean-Marie Le Pen et ses proches ne sont pas les seuls à porter, n’ont pas disparu. Cette dualité peut d’ailleurs être incarnée par une seule et même personne. Marine Le Pen aussi ‘’dérape’’ : j’ai recensé toutes ses sorties depuis janvier 2011, elle n’a rien à envier à son père. Et comme lui, elle est sous le coup d’une procédure de levée de son immunité parlementaire à Strasbourg pour avoir comparé prières de rue et Occupation.

Dans ces conditions, qu’est-ce qui fait qu’on parle de dédiabolisation ?

A. D : Il y a un discours adouci sur l’antisémitisme, la Shoah… On ne peut pas la taxer de négationniste, mais ça ne rend pas pour autant acceptables les positions qu’elle tient sur l’immigration, l’avortement ou la peine de mort. Il est fou de croire que parce qu’il ont reculé sur l’antisémitisme ça en fait un parti respectable.

XVM71df9540-f179-11e4-b49d-013f9382a4d0

La manière dont Le Pen fille traite le Pen père est la même dont lui traitait les proches dans les années 90 dans la lutte pour le contrôle du parti. Elle et lui sont semblables sur beaucoup de points…

Au fond, qu’est-ce qui a changé d’un point de vue idéologique et programmatique ?

A. D : Sur le programme, rien. Les fondamentaux du parti restent. Quand on analyse les différents programmes dans le temps, on constate qu’ils s’appuient sur les mêmes principes : critique du «système » (aujourd’hui « l’UMPS » hier la « bande des quatre »), la préférence nationale, l’insécurité, le ‘’mondialisme’’, etc. Rien n’a changé, même pas le social, qu’on a présenté comme une thématique nouvelle. On a dit que Marine Le Pen avait impulsé un tournant social en rupture avec le libéralisme de Jean-Marie Le Pen, or la rupture est faite depuis longtemps. Au congrès de Nice de 1990, en regard de l’évolution sociologique de son électorat, les responsables du parti mettent l’accent sur ce thème. En 1992, le FN édite une brochure intitulée « 51 mesures pour faire le point sur le social », et au cours de ces années le slogan c’est « le social, c’est le Front national ». Même la récupération de la République est antérieure à Marine Le Pen. Le slogan de son père en 1995 était « En avant pour une Vie République ». Enfin, ne disons pas que le programme du FN est de gauche : c’est ahurissant de dire cela lorsque toutes les mesures sociales sont passées par le prisme de la préférence nationale ! Même sa défense du service public est passée à cette moulinette-là, bien loin de la dimension universalisante des services publics développée par la gauche. Ce sont des modifications esthétiques qui n’entament en rien le logiciel programmatique du FN. Quand on regarde les thèmes qui sont mis en avant par les électeurs et les militants du FN, ce sont l’immigration, l’insécurité… Il suffit d’aller dans un meeting du parti pour voir comment la base est attachée à ces fondamentaux. S’il devait en changer, se dédiaboliser comme ils le disent, donc procéder à un aggiornamento, ils prendraient le risque de perdre leur base.

Dans ce cas, l’affrontement surjoué entre Jean-Marie Le Pen et sa fille ne clarifiera pas une ligne politique.

A. D : C’est un conflit ordinaire au FN. La manière dont elle traite son père est la même dont lui traitait les proches dans les années 90 dans la lutte pour le contrôle du parti. Ils sont semblables sur tellement de points… La fracture porte sur le rapport à l’antisémitisme, elle en a fait le point nodal de la rupture. Mais ce n’est pas parce qu’elle ou certains de ses cadres ne se disent plus antisémites que l’antisémitisme a disparu du parti. Ou que le racisme, l’homophobie, la xénophobie ont disparu. Ça reste un parti d’extrême droite qui ne se réduit pas à Marine Le Pen, on l’a vu dans les propos de centaines de candidats lors des départementales.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s