Loi travail: les députés communistes seront les porte-voix de la mobilisation populaire

Les députés communistes-Front de Gauche se sont déclarés « déterminés » à se « battre » pour un retrait du projet de loi travail. Lors d’une conférence de presse ce mardi, André Chassaigne a annoncé qu’ils voteront les deux motions de rejet et de renvoi.

« Notre première volonté, la priorité des priorités, est le retrait de ce texte de régression sociale. Nous voterons donc les motions de procédure portées par la droite mais avec nos propres arguments, à l’opposé du discours de la droite », a déclaré André Chassaigne, à la tête du groupe parlementaire en conférence de presse. « Le groupe n’a pas pu obtenir lui-même de telles motions, tirées au sort en fonction de la représentativité », a précisé le député PCF.

manif-fernandesUne moitié du groupe écologiste, celle qui conteste la politique gouvernementale, devrait également voter la motion de renvoi en commission, mais pas la motion de rejet du texte, selon des sources écologistes. Les députés Front de Gauche se posent « en porte-voix de l’immense mobilisation populaire dans le pays, avec des défilés, rassemblements sur des places, pétitions sur internet » mais aussi les défenseurs de « propositions alternatives« , selon le député communiste du Puy-de-Dôme. Le groupe entend « croiser le fer » avec par exemple des amendements pour supprimer 13 articles sur les 54 du texte porté par la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

855162-prodlibe-economie-entrepriseJacqueline Fraysse, présente devant la presse comme Marie-George Buffet ou Gaby Charroux, a énuméré une série de mesures faisant de ce projet de loi « un texte très dangereux » sur le temps de travail, les congés, les référendums d’entreprise, avec les accords dits « offensifs » qui « remettent en cause le contrat de travail » ou la médecine du travail, selon elle. Cette élue des Hauts-de-Seine a aussi insisté sur l’un des articles les plus controversés, « assouplissant formidablement » les possibilités de licencier. « Avec ce qui est dans ce texte, des entreprises comme Continental ne pourraient plus être condamnées ensuite devant la justice », a renchéri son collègue, Nicolas Sansu. « Si, par malheur il y avait ce fameux 49.3 (article de la Constitution permettant de faire adopter le projet de loi sans vote, ndlr), nous rechercherons immédiatement à construire une motion de censure de gauche avec des députés progressistes d’autres groupes, écologistes, socialistes » a conclu André Chassaigne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s