Selma Irmak : « La prison est notre seconde adresse »

En cinq portraits, le journal l’Humanité a rendu hommage cette semaine aux écrivains, politiques et journalistes embastillés par le régime turc. J’ai choisi de mettre sur mon blog celui de Selma Irmak. Emprisonnée près de dix ans dans les années 1990, puis quatre ans sous le régime de Recep Erdogan, cette députée kurde est de nouveau visée.

samsun-samsun-haber-dtk-selma-irmak-isid

Le 4 novembre dernier, Selma Irmak a été arrêtée en même temps que dix autres députés du Parti démocratique des peuples (HDP), avec 22 chefs d’accusation retenus contre elle.

«Le coup d’État de l’AKP (Parti de la justice et du développement) vise le front de la démocratie. Il illustre la peur du pouvoir face à une opposition qui grandit et s’élargit. La prison est devenue notre seconde adresse, mais nous continuerons de résister. Nous ici et notre peuple dehors. Je salue particulièrement les camarades femmes qui sont et seront le cauchemar de l’AKP ! » Ces mots de Selma Irmak, prononcés quelques minutes après son arrestation le 4 novembre dernier en même temps que dix autres députés du Parti démocratique des peuples (HDP), ne sont pas nouveaux dans la bouche de cette figure de la gauche turque et de la cause kurde. Qu’ils soient islamo-conservateur ou nationaliste, les différents pouvoirs ont toujours tenté d’étouffer la voix de cette intraitable politicienne qui continue pourtant de résonner par-delà les murs. La prison, Selma y a passé près du tiers de sa vie. Dès 1994 – elle n’a que 23 ans –, la jeune femme aux idéaux féministes à contre-courant d’une société patriarcale étouffante est arrêtée à Konya. Elle n’est encore qu’étudiante. Ses affinités supposées avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lui coûtent près de dix ans de prison.

440_0_4343931_78363

Les violences policières et les arrestations sont devenues le quotidien des opposants au régime du dictateur Recep Tayyip Erdogan en Turquie

Une peine disproportionnée qui renforce la volonté de résistance de la jeune femme. Quand elle en ressort au début des années 2000, elle participe à la fondation du Parti pour une société démocratique (DTP). Entre-temps, Recep Tayyip Erdogan est arrivé au pouvoir en Turquie et avec lui un farouche opposant au droit des femmes. Selma est arrêtée le 18 avril 2009 pour lien avec une organisation terroriste et détenue sans jugement jusqu’au 4 janvier 2014. Mais elle ne désarme pas. Lors des législatives de 2011, depuis sa cellule, elle mène campagne et réussit à être élue à Sirnak. Selma est la première députée de la grande assemblée de Turquie emprisonnée alors même que son immunité devait l’en protéger. Ne pouvant siéger à l’assemblée, elle mène des actions coup de poing. En 2012, elle entame une grève de la faim avec ses codétenues en soutien au fondateur du PKK emprisonné depuis près de dix-huit ans, Abdullah Öcalan. Après sa libération en 2014, elle devient membre de la commission des Affaires étrangères du Parlement. Sous l’étiquette HDP, elle est réélue députée de la région de Hakkari, aux élections du 7 juin, puis du 1er novembre 2015. Il y a un mois, un bruit de bottes qu’elle connaît bien résonne de nouveau sur le seuil de sa demeure. Elle est renvoyée en prison avec 22 chefs d’accusation retenus contre elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s