DASSAULT : Non à la disparition programmée du site !

dassault-argenteuil

Le site Dassault installé depuis 87 ans à Argenteuil , est l’un des 9 sites de cette société. Il compte aujourd’hui 920 salariés.

L’avionneur Dassault s’apprête à mettre en place un plan de restructuration devant toucher principalement le site historique d’Argenteuil.  Près d’un tiers des salariés seront mutés à Biarritz ou Seclin. Des départs massifs toucheront aussi le siège Dassault installé à St-Cloud. Vous trouverez ci-dessous dans mon communique de presse ma réaction et mes propositions.

COMMUNIQUE DE DOMINIQUE LESPARRE,

Candidat aux élections législatives– 11 & 18 juin 2017 – 5e circonscription du Val d’Oise

J’ai appris du principal syndicat de l’entreprise Dassault, la CGT, le projet de démantèlement de la direction du site d’ Argenteuil, situé en limite de Bezons. Cette usine emploie actuellement 920 salariés, pour partie habitants de nos deux villes, qui conçoivent l’intégralité du fuselage des avions Rafale et Falcon. La direction prévoit de supprimer dans un premier temps 300 emplois en délocalisant une partie de son activité sur deux autres sites : Biarritz et Seclin.

Je suis scandalisé par cette décision, alors même que les actionnaires de cette entreprise ne cessent d’encaisser les dividendes : pas moins de 110 millions d’euros l’an passé ! J’ajoute que dans les années à venir, Dassault devra livrer plus de 180 avions. Bref, cette entreprise va bien, et ce, grâce au savoir-faire des salariés, de l’ouvrier à l’ingénieur.

Ce projet, comme par hasard, est présenté au lendemain de la loi travail, qui permet aux dirigeants d’entreprises d’exploiter comme bon leur semble les salariés : je licencie, je délocalise, j’allonge la durée du temps de travail sans augmenter les salaires, etc…

Avec la majorité des Français, j’avais de bonnes raisons de dénoncer cette loi travail, imposée à l’aide du 49.3 par Manuel Valls, alors premier ministre, et le député de la circonscription Philippe Doucet. Je continue de demander son abrogation.

imagesgt

Philippe Doucet, député PS du Val-d’Oise, membre des «réformateurs», l’aile droite du PS, et porte-parole de Manuel Valls aux primaires socialistes, dans le journal Libération du 19 février 2016 : il défend le projet de loi El Khomri avec ferveur. Selon ses mots, la gauche qui critique le projet de loi n’est pas «dans la vraie vie »

Si ce projet devait aboutir, il nous faut mesurer les conséquences pour les salariés et leurs familles. Je n’oublie pas non plus la situation des salariés des entreprises sous-traitantes, elles aussi menacées par des carnets de commande réduits, qui auront pour conséquence de nouvelles suppressions d’emplois.

Comme parlementaire, j’exigerai de l’État qu’il prenne ses responsabilités dans ce dossier, car, faut-il le rappeler, il est un client majeur de cette entreprise qui a par ailleurs perçu 20 millions d’euros au titre du CICE et du CIR !

Au-delà des conséquences humaines d’un tel projet, il en va de même des ressources des collectivités territoriales. La disparition programmée d’un tel site aura des conséquences non négligeables sur les finances des villes d’Argenteuil et de Bezons, déjà affaiblies par les désengagements successifs de l’État.

images-dassault

L’entreprise Dassault n’est pas en difficulté financière comme le prouvent ses 500 millions de bénéfices annuels…dont 110 millions sont versés aux actionnaires ! De plus, Dassault/Aviation a touché plus de 20 millions au titre du CICE et du CIR. L’Etat se doit donc d’avoir des exigences particulières sur la gestion de cette entreprise.

Enfin, je m’interroge sur les appétits que pourrait susciter la disparition de ce site industriel, d’une surface de 120 000 m², à quelques encablures de la Seine et du tramway T2 pour lequel je me suis battu.

A l’approche des élections présidentielles et législatives, je suis écœuré par l’hypocrisie de certains élus, à Argenteuil comme à Bezons, dont le député Philippe Doucet, qui soudainement, se préoccupent de la situation des salariés, alors qu’ils soutenaient la casse du code du travail il y a encore quelques semaines.

Tout comme je dénonce la passivité de Georges Mothron, maire Les Républicains d’Argenteuil, qui se limite à «vouloir rencontrer la direction ».

imagesPour ma part, et comme à chaque fois que des emplois sont menacés, j’ai fait savoir à la CGT que je suis disponible pour mener des actions visant à contraindre la direction à revenir sur ce projet. Je demande par ailleurs au député de la circonscription d’intervenir officiellement et sans plus tarder auprès de ses amis du gouvernement afin qu’ils empêchent ce mauvais coup porté aux salariés et aux habitants de nos deux villes.

Pour relancer l’industrie française, il est temps de sortir des logiques libérales en développant une nouvelle politique industrielle, qui portera les exigences d’emploi, de qualification, de formation, de démocratie d’entreprise, d’investissement, de recherche et d’environnement.

Sur ce point, j’entends porter les propositions du syndicat CGT qui demande que le site récupère une partie du travail externalisé (3/4 de la production à ce jour) et diversifie son activité en s’appuyant sur le savoir-faire de ses salariés, en s’engageant dans la nécessaire transition énergétique au travers de la conception et de la fabrication d’avions 100% électriques, d’éoliennes ou d’hydroliennes, etc.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s