Marine Le Pen plus que jamais dans les pas de son père

Le hasard ? Il se trouve que dans l’un des six ateliers  thématiques que je réunissais vendredi et samedi  pour constituer mon programme, une discussion a porté sur la nécessité de veiller au  devoir de mémoire. Au même moment la candidate d’extrême-droit Marine Le Pen affirmait  que « la France n’était pas responsable » de la rafle du Vél’ d’Hiv de 1942, revenant ainsi aux odieuses manies de son père, le négationnisme !

Oui, le devoir de mémoire est plus que jamais un travail qu’il faut sans cesse effectuer. Auprès des jeunes générations, mais tout autant envers celles et ceux qui se vautrent dans la nauséabonde facilité de langage. Occasion nous est donnée entre les deux tours de l’élection présidentielle, le dimanche 30 avril où nous commémorerons partout en France et bien sûr ici à Bezons, le jour du Souvenir. Date du retour à la vie pour ceux « morts-vivants » qui auront échappé à la barbarie nazie, « étonnés qu’à leur âge, leurs veines soient devenues si bleues » comme le chantait notre regretté Jean Ferrat.  Un jour chaque année pour nous, citoyens,  nous nous souvenions et rendions hommages aux millions de morts exterminés par les nazis.

Entre les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 Juifs sont arrêtés : 4 115 enfants, 5 919 femmes et 3 118 hommes, lors de la rafle menée avec la collaboration de 7 000 policiers et gendarmes français. Moins de cent adultes et aucun enfant survivent à la déportation vers Auschwitz.

En son temps, bave à la lèvre, le fondateur du Front national dira bien d’autres contrevérités négationnistes. En son temps, Jacques Chirac prononcera des mots justes pour dire, au pied de la tour Eiffel, là où se trouvait le vélodrome d’Hiver, où l’on parqua pendant cinq jours 15 000 juifs dont 4 115 enfants, qu’il s’agissait d’un crime perpétué par des Français au nom de notre pays, au nom de l’État français. Seulement une poignée de rescapés de la plus importante rafle antisémite de la Seconde Guerre mondiale reviendront des camps de la mort. La rafle du Vél’d’Hiv, fut bien mise en œuvre par l’État français, par  la police française et les services de bus parisiens à la demande des autorités allemandes. Cela est INCONTESTABLE !

« Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français. ». Jacques CHIRAC – 16 juillet 1995

À deux semaines à peine du premier tour de l’élection présidentielle, la candidate à la rose bleue, qui a gommé de sa communication la flamme nationaliste, flambeau des fascistes européens, vient de redire que la France n’était en rien responsable de la rafle du vélodrome d’Hiver. Elle entend sans doute nous lire de son propre « roman national » des chapitres qui seraient vidés simplement de quelques lignes insignifiantes. La dangerosité de cette candidate, de ce parti qui ensorcelle les plus perdus d’entre nous, doit être jugée d’après la loi à l’encontre de tels propos. Et elle doit quitter cette élection démocratique dont elle n’est pas digne. Le « roman national » que la présidente du parti d’extrême droite, et son vice-président, Florian Philippot, veulent promouvoir est anachronique et nauséabond. Il ne se fonde pas ici sur un « refus de la repentance », mais sur le refus de reconnaître une vérité indispensable au processus historique national. Au passage, Mme Le Pen met à mal, mais c’est son affaire , des années d’efforts de « dédiabolisation » de son parti, qui l’ont amenée à en exclure son propre père, tristement célèbre auteur de la formule du « détail » à propos des chambres à gaz. Lui fut condamné. Elle doit l’être aussi ! Et elle prouve que cette « dédiabolisation » reste impossible, parce que ce parti porte jusqu’en dans ses racines le mal absolu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s