Trump patauge dans le racisme !

Tout un symbole. Sous le feu des critiques pour ses tergiversations concernant les responsables des violences à Charlottesville, Donald Trump a reçu un soutien symbolique : celui de David Duke. Cet ancien leader du Ku Klux Klan était présent ce week-end en Virginie, où une femme a été tuée et une vingtaine de personnes blessées par un militant de la droite suprémaciste.

Partout aux États-Unis des manifestations ont lieu pour condamner les violences des nostalgiques de l’esclavagisme et les propos de Trump

Elle subsistait dans les crimes de la police contre les jeunes Noirs, les discriminations sociales, dans la persistance d’une idéologie sudiste. L’Amérique des nostalgiques de l’esclavage vient d’émerger spectaculairement dans le sillage de Donald Trump. Elle s’est retrouvée derrière le milliardaire ­ fils d’un sympathisant du KKK ­ qui voulait protéger la population blanche de l’irruption des immigrés par l’érection d’un mur immense, et s’est mobilisée pour le porter au pouvoir. Le président leur est fidèle quand il voit des « gens bien » parmi la foule haineuse de néonazis et de membres du Ku Klux Klan qui voulaient défendre la statue du commandant en chef des confédérés, le général Lee. Hier, la ville de Baltimore a annoncé qu’elle supprimait deux statues de ces sudistes esclavagistes. Mais il restera 1 498 monuments en leur honneur aux États-Unis ! Cette histoire n’est pas purgée. Le « roman national » évite toujours de rappeler que cinq des sept figures majeures de l’indépendance, à commencer par George Washington, possédaient des esclaves et que la Constitution y intégra ensuite l’ordre social et politique esclavagiste.

Groupuscules néonazis, du Ku Klux Klan et autres défenseurs intégristes du drapeau sudiste, tous ont soutenu la campagne électorale de Trump.

Chassez le naturel, il revient au galop. Après avoir brièvement donné le sentiment qu’il condamnait les exactions de l’ultradroite à Charlottesville en Virginie, Donald Trump est revenu à la charge dans la nuit de mardi à mercredi en renvoyant dos à dos les initiateurs du rassemblement de la droite nationaliste blanche et les contre-manifestants antifascistes. « Il y avait «un groupe mauvais d’un côté» et de l’autre «un groupe très violent», s’est-il justifié. D’aucuns invoquent une fois de plus un « dérapage » ou déplorent « le caractère imprévisible » du président comme pour minimiser les conséquences de son comportement sur les équilibres d’une société qui, in fine, ne s’en laisserait pas compter. Pourtant, l’ampleur du rassemblement de Charlottesville devrait constituer une alerte. Tant il illustre la montée en puissance de l’extrême droite.

14 juillet 2017 : Trump est reçu en grandes pompes par le Président Macron qui ne s’est toujours pas exprimé sur les propos du président américain.

Si les groupuscules néonazis, du Ku Klux Klan et d’autres défenseurs intégristes du drapeau confédéré y figurent en bonne place, la droite ultra a percé bien au-delà de ces organisations, héritières directes des « vieux démons » de l’histoire des États-Unis. De nouvelles mouvances, beaucoup plus larges et donc redoutables, apparaissent. Elles surfent sur  la marée montante d’un racisme trumpiste. Ces groupes qui s’affichent plutôt en costard-cravate qu’avec les cagoules du KKK ou en brandissant des svastikas nazies compteraient désormais des dizaines de milliers de membres et des centaines de milliers de sympathisants sur Internet. La collusion avec le nationalisme de Donald Trump est d’autant plus forte que ces milieux fascisants sont très présents dans l’entourage immédiat du président.  Des quatre coins du monde les déclarations de Trump sont fermement condamnées. Pas Emmanuel Macron, qui semble plus préoccupé par l’objectif d’un paparazzo et l’interview fleuve de son épouse dans le magazine Elle que par la légitimation du racisme par la MaisonBlanche et les risques que le président américain fait courir à la paix du monde. Silence radio de la part du président français qui, il est vrai,  recevait Trump  en grande pompe le 14 juillet à Paris.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s