En Israël, la précarité pour les survivants de la Shoah

Selon les chiffres de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, 189 000 survivants des camps d’extermination nazis vivent aujourd’hui en Israël.

Israël est l’un des pays les plus inégalitaires au monde : selon le dernier rapport de l’OCDE, portant sur l’année 2016, 20 % de la population (soit 1,8 millions d’habitants) vit au-dessous du seuil de pauvreté alors que le coût de la vie est comparable aux pays occidentaux. Mais ce que nous ignorions c’est que parmi les personnes les plus nécessiteuses, figurent les rescapés de la Shoah. C’est ce que viennent de révéler le journal Libération et le magazine Le Point. Une situation pas très reluisante et honorable pour le gouvernement israélien.

Ils ont connu l’horreur des camps d’extermination nazis. Ils connaissent aujourd’hui la pauvreté dans leur pays.

73 ans après la libération des camps, ils seraient 189 000 survivants à vivre en Israël, selon les chiffres de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Un quart d’entre eux, soit 45 000 personnes, vit sous le seuil de pauvreté, fixé à 3 000 shekels par mois (720 euros), rapporte Libération. Une situation qui  inquiète les associations de défense des victimes de la Shoah et choque un très grand nombre d’Israéliens. Les rescapés originaires du bloc soviétique, arrivés en Israël tardivement après l’effondrement de l’URSS, sont parmi les plus touchés. En quittant leur pays, ils ont pour la plupart fait une croix sur leur retraite et leurs économies. L’objectif des associations d’aide aux victimes de la Shoah est d’« informer » et de « guider les survivants dans leurs démarches » et de les épauler pour faire valoir leurs droits en Israël. C’est notamment le cas de l’Association pour l’assistance immédiate des survivants de l’Holocauste qui, depuis 2007, aide les survivants de l’Holocauste à recevoir les indemnités auxquelles ils ont droit. Certaines associations ont également mis en place des refuges pour accueillir ces personnes âgées, et des aides pour les soins médicaux ou psychologiques.

45 000 rescapé (es) de la Shoah vivent sous le seuil de pauvreté, fixé à 3 000 shekels par mois en Israël, soit l’équivalent de 720 euro) rapporte le journal Libération.

Les ONG ont également engagé un autre combat, contre l’État israélien pour que celui-ci, qui a perçu des indemnités de réparation de la part de l’Allemagne suite à la Shoah,  les verse aux rescapés. Selon un audit mené en 2008 par une ex-juge à la Cour suprême israélienne, les deux tiers de ces sommes ne leur sont pas parvenus. Le 27 janvier dernier était célébrée, comme chaque année, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste et à la prévention des crimes contre l’humanité. Une date choisie par l’ONU en 2005, qui coïncide avec la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, le 27 janvier 1945, par l’armée soviétique. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres de masse commis par les nazis et plus particulièrement contre les juifs. En cinq années, plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants d’origine juive y furent en effet exterminés, dont 900 000 le jour même de leur arrivée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s