Gaza, Cac 40 et Cahuzac : la colère des dessinateurs de presse !

Cette semaine l’actualité a offert aux dessinateurs de presse de quoi se mettre sous…le crayon ! Et de bonnes raisons d’être en colère. Ils l’expriment d’ailleurs fortement à travers leurs œuvres qu’il s’agisse du massacre des Palestiniens à Gaza orchestré par le couple diabolique Netanahyaou-Trumps, des scandaleux profits des entreprises du CAC 40, du verdict on ne peut plus clément à l’encontre Cahuzac,  ancien ministre du Budget. Ce monsieur, qui avait des comptes cachés à l’étranger a été condamné par la cour d’appel de Paris à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour fraude fiscale et blanchiment. La peine a été assortie d’une amende de 300.000 euros et de cinq ans d’inéligibilité. Mais ce monsieur n’ira pas en prison. De quoi avoir quelques doutes supplémentaires sur  l’impartialité de la justice de notre pays. « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». La Fontaine ignorait sûrement que cette citation extraite de sa fable « Les animaux malades de la peste » bénéficierait d’une telle longévité.  Je vous souhaite à toutes et tous un excellent week-end…d’autant qu’il dure trois jours ! Un peu de répit pour celles et ceux d’entre vous qui devaient subir depuis mardi les lourdes conséquences de la fermeture du viaduc de Gennevilliers.

Permettez-moi justement quelques mots sur cet affaissement. Il est essentiellement dû au  fait que depuis des décennies les moyens consacrés par l’État à l’entretien des routes et des ponts ont été insuffisants, voir même quasiment abandonnés. De plus,  la Direction départementale de l’Equipement (DDE) créée en 1967 a été décapitée en 2006 et dès 2007, la majorité du réseau routier national a été décentralisé aux conseils départementaux. L’état de notre réseau routier national  n’a jamais été aussi critique. Vous en faites l’expérience chaque jour. Le dernier  rapport du Conseil d’orientation des infrastructures souligne que 50 % des surfaces de chaussée sont à renouveler,  50 % des routes n’ont pas de marquage au sol et près d’un pont sur dix est en mauvais état. Mardi, le viaduc de Gennevilliers s’est affaissé, ce qui a rejailli sur la circulation dans l’ensemble du département du Val d’Oise et notamment à Bezons. Macron avait promis pendant sa campagne électorale le lancement d’un plan de sauvegarde des routes nationales afin de remédier à la dégradation de notre réseau routier encore sous la responsabilité de l’Etat. Sur l’A15, un triste exemple qui en démontre l’urgence.  Malheureusement,  tout le monde n’a pas la même définition de l’urgence…et des promesses !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s