EN DESSINS DES SECONDS COUTEAUX PROMUS 1ère GÂCHETTES ET…MELENCHON !

Treize jours après la démission en plusieurs épisodes de Gérard Collomb  le remaniement ministériel, bien difficile à accoucher, a été enfin rendu public mardi 16 octobre. Attal, Wargon, Guillaume, Nuñez, Dubos ou Pannier-Runacher… Illustres inconnus, seconds couteaux promus premières gâchettes. On a vu à l’énumération de ces vedettes de l’ombre que l’événement a peu bouleversé l’opinion. Le « second souffle »attendu, dixit le communiqué gouvernemental, se ramène pour l’instant à une haleine de bébé, un zéphyr politique. Certains avaient parlé d’un tournant. C’est un tournant en ligne droite…très droite !

Parmi les entrants, Castaner, ex-PS, le Rantanplan de la macronie. Parmi les autres entrants, Macron a recruté deux cadres patronales, Agnès Pannier-Runacher, numéro deux à la Compagnie du Rhône et Emmanuelle Wargon, dirigeante chez Danone. Elles rejoignent Muriel Pénicaud, ex-DRH de Danone, Élisabeth Borne, ex-dirigeante à la SNCF ou encore Jean-Michel Blanquer, ex-patron de l’Essec. Dans ce gouvernement au service du patronat et des riches, il faut des gens habitués à cette tâche, des gens habitués à construire des plans de licenciements, habitués à bâtir des plans de spéculations et à se foutre royalement des questions d’écologie. Pour preuve, Emmanuelle Wargon vient déjà de glisser sur une tâche d’huile de palme ! Macron et Philippe ont donc mis deux semaines pour s’accorder et trouver les transfuges de la droite classique, comme le LR Franck Riester nommé à la Culture, et les alliés du Modem, comme le député Marc Fesneau qui devient ministre chargé des Relations avec le Parlement. On trouve même comme secrétaire d’État à l’Education, le « facteur » Gabriel Attal, « héros » de La Poste.

Ce jeune homme aux dents longues, élevé dans un giron bourgeois, suit sa scolarité en  école privée, puis entre au Parti socialiste pour le quitter.  Il sera entouré dans ses œuvres  de David Daoulas passé par l’Institut Catholique de Paris. Mais sa spécialité c’est la …gréviculture ! il s’en est, par exemple pris aux agents de La Poste, fustigeant les grévistes des bureaux des Hauts-de-Seine, et n’hésitant pas à enfiler un gilet aux couleurs de l’entreprise pour distribuer lui-même du courrier et afficher son soutien « aux salariés non-grévistes ». L’occasion de constater que le jaune lui va bien. Une couleur associée aux traîtres et au mensonge. Les vocations de ministres semblent toutefois en baisse dans le vivier habituel du personnel politique professionnel, les présidents de départements ou de régions, les maires des grandes villes ou les députés au Parlement européen. Mais ce n’est évidemment pas à cause de la paie, de la retraite ou des conditions de travail qui se dégradent. Il est clair que dans ce milieu, on estime très probable le risque de prendre une grande claque lors des prochaines élections.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s