JOSETTE AUDIN NOUS A QUITTES

Elle avait consacré son existence à ce que la vérité soit faite sur l’assassinat de son mari, Maurice Audin, militant communiste et anticolonialiste, torturé et assassiné par l’armée française et la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. Josette Audin est décédée samedi matin à l’âge de 87 ans.

Maurice Audin,ici jeune marié avec Josette, est né le 14 février 1932 à Béja en Tunisie et mort à Alger en 1957, était un mathématicien français. Assistant à l’université d’Alger, il est membre du Parti communiste algérien et militant de l’indépendance algérienne. Après son arrestation par l’armée française le 11 juin 1957 au cours de la bataille d’Alger, il disparaît et meurt à une date inconnue. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Une grande dame s’est éteinte. Josette Audin est décédée samedi à l’âge de 87 ans, emportant avec elle l’histoire intime de la grande Histoire, celle qu’elle aura contribué à écrire par sa persévérance et son courage. La reconnaissance officielle de l’assassinat sous la torturede Maurice Audin, son époux par l’armée française, elle y a travaillé plus de soixante ans, affrontant les lâchetés politiques et les mensonges de la Grande Muette. Par amour. Mais aussi pour tous les Algériens victimes de la torture. Car si sa vie a été indissociablement liée au nom de son mari, Josette Audin était une militante communiste, anticolonialiste, dont l’engagement ne s’est jamais affadi.

Josette Audin entourée des députés Sébastien Jumel et Cédric Villani, et de ses proches lors d’une conférence de presse tenue le 14 février 2018 à l’Assemblée nationale.

Toute sa vie elle aura fait preuve d’obstination contre tous les pouvoirs établis pour que justice soit rendue à son mari. Combattante pour la justice.  Le député communiste Sébastien Jumel a rencontré Josette Audin à plusieurs reprises, l’a accompagnée dans ce combat pour obtenir la vérité sur la disparition de son mari. « Lorsque j’ai pour la première fois rencontré Josette Audin à l’Assemblée nationale, se souvient-il, j’ai mesuré à quel point c’était une femme courage, d’une grande humilité et avec un charisme et une force, une énergie contagieuse. Et puis j’ai eu la chance de vivre ce moment d’histoire où le président de la République est venu exprimer la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans l’assassinat de Maurice Audin. Ce jour-là, j’ai mesuré aussi à quel point Josette Audin était espiègle, parce qu’elle a dit au président de la République : « Je vous remercie ». Communiste et donc anticolonialiste,  je m’incline devant sa mémoire et je salue cette femme d’une persévérance et d’un courage exemplaires, inlassable militante des droits de l’Homme.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s