PRIVATISATION D’ADP : DÉPUTES et SÉNATEURS ENCLENCHENT UN « REFERENDUM D’INITIATIVE PARTAGÉE »

La vente des bijoux de famille continue. Macron a décidé de brader la France ! Aéroports de Paris,  Française des Jeux, la SNCF, Engie (ex-EDF) mais aussi bientôt les barrages hydrauliques, les centrales nucléaires et même les ponts. Les copains de Macron, dont Vinci,  à la tête des multinationales piaffent d’impatience de mettre la main sur tout ce magot. Sauf que cette fois le président des riches et des très riches va trop loin…

185 signatures sont requises pour lancer cette procédure inédite créée par la réforme constitutionnelle de 2008, et les parlementaires en ont recueilli 197.

L’annonce a été faite hier à l’Assemblée nationale. L’image est rare : élus de droite et de gauche, réunis sur la même photo. Il a fallu une semaine pour réunir 185 député.es et sénatrices et sénateurs en faveur d’un référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Une première ! Un référendum dit d’initiative partagée, que permet la Constitution. Des parlementaires communistes, socialistes, et de droite (LR) ont annoncé mardi avoir recueilli les signatures nécessaires à ce référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) qualifiée de « poule aux œufs d’or ». Ce projet de consultation des Français vise à rendre ADP « insusceptible de privatisation », a déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole des députés.  Des députés et sénateurs bien décidé aussi à batailler au parlement contre  cette visée  « phare » du projet de loi Pacte sur les entreprises, en cours d’examen au Sénat et déjà voté en première lecture par les courtisans et courtisanes de Macron à l’Assemblée nationale.

ADP, c’est aussi près de 8000 salariés !

Cette proposition parlementaire doit désormais être validée par le Conseil constitutionnel et signée par 10% du corps électoral (soit 4,5 millions de citoyens), pour organiser le référendum. Outre la centaine de députés et sénateurs socialistes et la trentaine d’élus communistes des deux chambres, près d’une cinquantaine de LR ont apporté leurs voix, ainsi que 12 députés Libertés et territoires et des sénateurs RDSE et Union centriste et ceux de LFI.  Tous déclarent  ne pas vouloir  que soit à nouveau commise l’erreur de la privatisation des autoroutes grâce à laquelle différentes multinationales, dont VINCI, s’engraissent sur le dos des automobilistes. Cette fois, la République en Marche entend brader un actif de 10 milliards d’euros. ADP avec les aéroports d’Orly et de Charles-De Gaulle, est le symbole du transfert de richesses publiques vers les multinationales ; c’est l’exemple parfait d’un capitalisme de connivence ! Et c’est également là, l’acte d’un  président de la République qui veut réaliser son rêve inachevé de ministre de l’Économie de François Hollande.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s