MACRON, PLUS QUE JAMAIS PRÉSIDENT DES RICHES

Une étude de l’OFCE confirme que les mesures prises depuis le début du quinquennat ont fait gagner 2 905 euros aux 5 % les plus riches et fait perdre 240 euros aux plus modestes. Sans les mesures d’urgence concédées suite au mouvement des gilets jaunes, cela aurait été pire.

Malgré les mesures prises en 2019 pour endiguer la colère des gilets jaunes, la politique menée par Emmanuel Macron et ses godillots profite bien aux 5 % des ménages les plus riches. Le constat dressé, hier, par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) est cinglant : « Sur les 17 milliards d’euros de gains de pouvoir d’achat pour les ménages depuis 2018, plus de 4 milliards d’euros l’ont été aux 5 % de ménages les plus aisés. » A contrario, l’effet cumulé des mesures prises depuis le début du quinquennat devrait être négatif pour les 10 % de ménages les plus modestes.  Autrement dit, « les Français les plus pauvres devraient voir leur niveau de vie se réduire d’environ 240 euros par an alors que les 5 % les plus riches devraient voir le leur grimper de 2 905 euros par an », note également l’institut.

Des chiffres chocs qui ont provoqué une bronca dans l’état-major. Sitôt après la présentation de l’étude, le ministère de l’Économie conviait les journalistes à un « briefing off ». Reste qu’un an après le mouvement des gilets jaunes, les nouvelles mesures votées en décembre au budget 2020 ont amputé les budget des plus démunis, en particulier par la réforme des allocations chômage ou encore de la désindexation de l’inflation de certaines prestations sociales, à l’image des aides au logement (APL). Au total, le revenu disponible des ménages les plus modestes, ceux ayant un niveau de vie inférieur à 1 315 euros par mois, devrait diminuer de 45 euros.

Cette déformation dans la chaîne de distribution des revenus des ménages vient essentiellement des premières réformes en faveur du capital, réalisées par Emmanuel Macron, à savoir la transformation de l’impôt sur la fortune (ISF), ou encore le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital. Puisque, selon l’OFCE, « l’effet cumulé des mesures socio-fiscales de 2018 à 2020 reste très fortement marqué par le geste fiscal effectué en direction des ménages les plus aisés en début d’année 2018 ». Autant de cadeaux dont peuvent encore pleinement jouir les plus fortunés, toujours aussi bien servis par le locataire de l’Elysée et ses sbires de l’Assemblée nationale qui par contre n’hésite pas à refuser le prolongement du congés pour deuil aux parents touchés par la mort d’un enfant. Ils sont SINISTRES !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s