FAINEANTS DE CONFINES !!

Excellent édito de Maurice Ulrich dans l’Humanité de ce jour. Un vrai régal que je ne résiste pas à vous inviter à lire. L’Humanité, le journal de Jean Jaurès, qui d’ailleurs demain 18 avril soufflera ses 116 ans. Un journal aujourd’hui plus utile que jamais. Proposition d’abonnement numérique, pas cher, en bas de cet article.

« Salauds de pauvres » repris par Jean Gabin, dans la Traversée de Paris, aux côtés de Bourvil. L’expression sera reprise plus tard reprise par Coluche

Comme le célèbre « salauds de pauvres ! » lancé par Gabin dans la Traversée de Paris (Film de Claude Autant-Lara, sorti en 1956) voilà le « fainéants de confinés ». C’est sans surprise dans un éditorial des Échos, jeudi, qu’on trouvait cette pépite de la pensée, venant caresser le Medef dans le sens du poil : « Il serait paraît-il indécent de demander aux Français de travailler plus (…) mais pourrait-on au moins leur demander de travailler un peu ? » Geoffroy Roux de Bézieux a rétropédalé publiquement après ses propos sur les horaires de travail, les congés payés, etc., mais elle court, elle court comme un autre virus, la petite musique patronale, au sein du gouvernement comme chez les « premiers de cordée ».

On rend un hommage appuyé à celles et ceux qui sont en première ligne, on se soucie aussi, comme l’a fait le président lundi, de la situation difficile des « troisièmes lignes », mais on se prépare à les envoyer au front. Après les reprises du travail forcées dans des conditions incertaines de sécurité, on se demande, en feignant la naïveté et la bonne foi, comment des vacances, des prises de RTT, pourraient être compatibles avec la relance de l’économie. Une relance dont cela va sans dire qu’elle devrait faire remonter au plus vite les cours de la Bourse et renouer, pour peu qu’il ait été un petit moment suspendu, avec le versement des dividendes. Il n’est que de parcourir la presse dite économique pour en être persuadé. En d’autres termes, les Français sont restés chez eux deux mois à se la couler douce.

Mais la réalité est tout autre. Des voix de plus en plus nombreuses s’inquiètent des conséquences psychologiques et sociales du confinement, parfois accompagné de privations alimentaires, de violences. Des enfants, des hommes et des femmes vont en sortir brisés. Oui, la France va devoir reconstruire une économie, mais c’est avec un pays blessé. Des millions de familles, les plus modestes, vont avoir besoin d’air, de soleil, d’un temps retrouvé et non d’un temps volé. La responsabilité du pays, du gouvernement, des collectivités locales qui en demandent les moyens, des associations, des professionnels du tourisme social, mais pas seulement, ce devrait être, ce doit être de permettre à tous, et d’abord à celles et ceux qui ont le plus souffert, de retrouver le goût du bonheur et le bleu du ciel.

Pendant toute la durée du confinement, vous pouvez d’ailleurs lire l’Humanité en version numérique, 5 numéros par semaine pour 27,90 € par mois. Renseignement en cliquant sur ce lienhttps://boutique.humanite.fr/common/product-subscription/3584

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s