ILS ÉTAIENT VINGT ET CENT, ILS ÉTAIENT DES MILLIERS…

C’est la chanson écrite par Jean Ferrat « Nuit et Brouillard » qui me revient en mémoire en écrivant ces mots. Une chanson longtemps interdite d’antenne et qui pourtant rendait hommage aux millions de victimes de l’horreur nazie. « Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers / Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés / Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants / Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent »

Auschwitz, camp symbole de l’abomination nazie a été libéré le 27 janvier 1945 par l’armée soviétique.

Le dernier dimanche d’avril est chaque année dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d’extermination nazis lors de la Seconde Guerre mondiale.  Mais c’’est une journée particulière qui s’annonce ce dimanche 26 avril. Le 75e anniversaire de la Libération des camps aurait dû être un moment fort de la mémoire. Mais la crise sanitaire nous oblige à renoncer à une commémoration publique.  Pour autant, pas question d’oublier les millions de juifs, communistes, résistants et résistantes, Tziganes, homosexuels, exterminés dans les camps nazis et de ne pas rendre hommage aussi aux  rescapés des camps encore en vie, à leurs familles et aux familles des victimes.   Notre ville attache une grande à ne pas laisser sombrer dans l’oubli les souvenirs et les enseignements d’une telle expérience, ni l’atroce et scientifique anéantissement de millions d’innocents, ni les gestes héroïques d’un grand nombre parmi cette masse humaine soumise aux tortures de la faim, du froid, de la vermine, de travaux épuisants et de sadiques représailles, non plus que la cruauté réfléchie des bourreaux, assassinant femmes, hommes et enfants, hommes.

L’arrivée dans le camp, la sélection puis pour le plupart l’extermination dans les chambres à gaz. L’horrible quotidien dans les camps d’extermination nazis.

Sans équivalent dans l’Histoire, ces camps de la mort avaient pour principe la supériorité de la « race aryenne » et pour conséquence l’élimination de leurs opposants et l’éradication par des méthodes de mort industrielle de plusieurs millions de personnes. Aussi, en ces temps d’inquiétude et de menace pour l’avenir de l’humanité, il convient de dénoncer inlassablement toutes les doctrines de haine, de racisme et toutes les violations des libertés fondamentales dont tout être humain doit pouvoir se prévaloir.  Il nous revient donc à toutes et tous de  poursuivre la lutte pour la liberté et la solidarité entre les peuples, conquêtes fragiles qu’il faut défendre sans faiblesse.  C’est le message de celles et ceux qui ne sont pas revenus ou qui ont survécus à cette horreur. Je vous invite d’ailleurs à lire le message écrit conjointement par les associations et Fédérations de déporté.e.s dans le cadre de cette journée du souvenir.

POUR LIRE LE MESSAGE, CLIQUEZ SUR CE LIEN : MESSAGE ASSOCIATIONS DE DEPORTES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s