Qui suis-je ?

Dominique Lesparre,

La gauche autrement, la gauche vraiment

Les citoyens de Bezons et d’Argenteuil qui connaissent Dominique Lesparre disent de lui qu’il est sincère. Un homme de parole qui s’est engagé en politique non pas pour le pouvoir, mais tout simplement parce qu’il a toujours détesté les injustices et n’a pas oublié son long parcours d’ouvrier avant d’endosser la fonction d’élu.

Maire communiste de Bezons, Dominique Lesparre est un homme discret. « J’aime les gens, les contacts, construire avec les autres, faire travailler ensemble des femmes et des hommes de conviction et de cultures différentes. »

Ce n’est pas un hasard s’il dirige la ville avec une équipe de très large rassemblement depuis trois mandats au point que d’anciens élus socialistes lui témoignent leur confiance dès le premier tour de ces élections législatives, à l’image de Marie-Christine Pasquet-Grelet qui déclarait au quotidien Le Parisien : « J’ai toujours apprécié travailler avec Dominique Lesparre. »

Quand il prend la parole en public, Dominique Lesparre n’en fait pas des tonnes. Les effets de manche, ça n’est pas son truc. Mais quand il agit contre les reculs de l’Etat, les renoncements de la mandature Hollande, la casse des services publics, les profiteurs du CAC 40, les marchands de sommeil, l’élu sait donner de la voix sans concession. « Je crois à l’efficacité de l’action collective. » Confiance mutuelle, respect de la parole donnée et des engagements pris : voilà ce qui le fait avancer.

Ancien chaudronnier, Dominique Lesparre n’a ni fait l’ENA, ni fait une grande école de commerce. Ce qui ne l’a pas empêché, entre autres réussites, de faire venir le tramway dans sa ville et d’attirer des milliers d’emplois en travaillant avec les acteurs économiques. « Le sujet de l’emploi est essentiel ». Pas question, toutefois, d’oublier que « le pouvoir d’achat doit absolument augmenter et que le progrès doit profiter à toutes et tous. »

Ardent partisan de l’union des forces de progrès, Dominique Lesparre s’est réjoui de la victoire de Benoît Hamon à la primaire socialiste face au très libéral Manuel Valls. « Je suis le candidat de la gauche autrement, la gauche vraiment. Et je pense être mieux placé que l’ancien porte-parole de Valls, Philippe Doucet, pour rassembler sur mon nom les électeurs communistes, socialistes, de la France insoumise et écologistes. Toutes celles et ceux qui n’ont rien à attendre de cette droite dure qui entend s’attaquer davantage encore à nos droits sociaux, ni de la fille Le Pen, véritable Trump en puissance ! »

Toutes les exclusions, tous les racismes le mettent en colère.

Les centaines de soutiens engrangés en quelques jours ainsi que la soirée de lancement de sa campagne ont tout lieu de rendre optimiste Dominique Lesparre et ses très nombreux partisans.

Une réflexion sur “Qui suis-je ?

  1. Je viens de cette ville, j’y ai passé de longues années, de 1953 à 1965. Je suis heureux de voir que la lutte continue. Bonne chance et salut de Marseille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s